Recherche satanistes désespérement

Il ne devait pas être difficile de trouver des pratiquants de la magie noire se réclamant du satanisme.....

Il y a quelques années, dans le jardin du rosaire, une petite maison en ruines était couverte d'inscriptions cabalistiques. A l'intérieur les traces de visites récentes. Un lieu situé juste entre Fourvière et Saint Jean. Que pouvait-il s'y passer la nuit ? Aujourd'hui, elle a été rasée. " La Fouine " se souvient, quand il parcourait les souterrains de Lyon avec d'autre cataphiles : Le Chat, Le Rat. " Oui il y avait des inscriptions un peu partout, des 666 et autres. Sans doute le fait de groupes néo-nazis. Mais de gens vraiment bizarres, non, jamais rencontrés. La seule fois où nous sommes tombés sur un drôle de rituel, c'est nous qui l'avions organisé, une fausse messe noire avec un poulet mort et du ketchup, pour faire peur à une journaliste qui visitait ".
Mais ensuite il admet qu'il se racontait bien des choses étranges qui se passaient plutôt du côté du cimetière de Loyasse, là où se trouve la tombe de Maître Philippe, un mage célèbre.

Mathieu, lui, tient une boutique ésotérique, comme il en existe beaucoup à Lyon. Il a vu des mamans venir acheter le " livre des ombres " pour l'anniversaire de leur fille. Un effet " Buffy contre les vampires ". Les séries TV génèrent beaucoup de demandes. Des satanistes ? Oui, bien sûr, même s'ils sont difficiles à détecter, certains se promènent comme tout le monde en jean et t-shirt. Mais dans sa boutique on mène une politique stricte, on ne propose pas d'articles qui servent à faire de la magie noire : des étoiles renversées, des dajides, des dragons... Toutes les boutiques lyonnaises prennent les mêmes précautions, affirme-t-il. De toutes façons, on trouve tout ce qu'on veut sur internet. Ici dans cette librairie ésotérique lyonnaise, on a eu affaire à des satanistes, c'est sûr, mais " ils évitent de venir là, ils ne recherchent pas la lumière. " Et lui ne recherche pas ce type de clientèle. Pour les dissuader, " il suffit de ne pas proposer les articles qui les intéressent " Puis il peste contre la trop grande accessibilité des produits  : "On trouve des livres de magie noire même à Carrefour alors que c'est plus dangereux que le tabac ou l'alcool ".

Du côté du diocèse de Lyon, on ne tient pas à évoquer le sujet. Pourtant le 22 avril 2006 s'est tenu un séminaire de formation pour 150 exorcistes. On n'a rien à dire, on renvoie vers la police. Mais la police est muette. La PJ ne parle pas. Elle esquive vers les renseignements généraux. Les RG de Lyon en appellent à Paris. Paris se concerte, se tâte, et finit pas rendre sa réponse : "on ne communique pas sur ce sujet". Il y a donc un sujet ? No comment. Ici ou là un coin de voile se lève quand même un peu. Oui, il y a des réseaux. Oui, on se doute que untel le pratique. Il y aurait même une salle pour des assemblées quelque part dans l'agglomération lyonnaise. Mais personne ne veut en parler ouvertement.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut