QUI COULE LES BATOBUS A LYON ?

C'est le énième projet de liaison fluviale sur les fleuves lyonnais. Tous les autres ont coulé.

Il faut y croire. La société Yachts de Lyon a donc lancé son projet de bateau-mouches entre la Cité Internationale et Gerland. A ses risques et périls. Elle se passera du soutien du Sytral. Un rapport de janvier 2007 concluait qu'un projet de navettes batobus n'était "pas opportun". Motifs invoqués : trop lent (12km/h seulement contre 17 pour les bus), trop compliqué (il faut aménager des pontons) et trop faible attractivité. "Ce n'est pas la première fois" se souvient Jean-Marc Léculier, qui parle d'un rapport Schreiber qui était parvenu aux mêmes conclusions en 1989. L'élu écologiste martelle : "Il a fallu démonter ces arguments point par point". Vitesse : les moteurs permettent aujourd'hui des vitesses supérieurs à celles des bus. Il suffit de modifier les dispositions administratives qui interdisent de dépasser 20km/h sur le Rhône en ville. Cela dépend de Voies Naviguables de France qui veut bien, pourvu que le batillage* soit faible. C'est le cas pour les bateaux à fond plat qui produisent peu de vagues dans leur sillage. Nouvelle objection : les crues du Rhône, dix jours par an. "Ce n'est rien à coté des trente jours de grève annuels des T.C.L." souligne Françoise Neubert, co-directrice des Yachts de Lyon. "Tout de même" tempère Jean-Marc Provent, son concurrent de Naving'Inter qui souligne la configuration hydrologique du fleuve. "Ce n'est pas la Seine. Le Rhône atteint rapidement des débits de 1300m3". Avant d'ajouter aussitôt que les matériels actuels permettent parfaitement d'y faire face. Deux concurrents d'accord en tous cas pour avoir envie d'essayer. Et d'autres qui pourraient bien entrer dans le jeu. Jean-Marc Leculier évoque l'ex-directeur des batobus parisiens prêt proposer un projet si Lyon lançait un appel d'offres. Alors qui bloque ? Pour l'élu vert, c'est le Sytral "qui manifeste la volonté de ne pas faire". Pour Jean-Marc Provent, c'est plutôt l'absence de volonté politique "c'est une question de coût". A Paris les 2,5 millions de passagers annuels assurent l'équilibre financier pour un prix de ticket d'un euro la journée. D'autres villes comme Nantes ou La Rochelle ont intégré les navettes au réseau de transports publics. On y circule pour le prix d'un ticket de bus. A Lyon ce n'est pas prévu dans le plan de déplacements urbains. Reste que les nouveaux aménagements des berges du Rhône reposent le problème de manière tout à fait différente en termes d'attractivité. L'expérience réussie de navette fluviale pendant la dernière Biennale d'Art Contemporain l'avait déjà démontré : les lyonnais redécouvrent leurs fleuves.
Pierre Gandonnière

*Batillage : sillage que fait un bateau sur son passage à l'avant et à l'arrière.

à lire également
Le LOU rugby a encore gagné. Pour la 7e fois de suite. Les Lyonnais ont battu Pau samedi soir à Gerland et enchaîné un 7e succès consécutif (en 7 matchs) cette saison en Top 14.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut