Procès pour viol : un accusé "narcissique, séducteur et immature"

Un habitant de Limonest est jugé pour viol à partir de ce jeudi devant la Cour d'Assises du Rhône. Déjà condamné en 2008 pour une autre affaire d'agression sexuelle, l'accusé nie en bloc les accusations portées contre lui.

ce jeudi matin s'ouvre donc à la Cour d'Assises du Rhône un procès pour viol. L'accusé, un artisan de 44 ans, habitant à Limonest, nie les faits qui lui sont reprochés et accuse la victime de mentir. Une ligne de défense classique. Sauf que l'enquête et les investigations de la justice en vue du procès ont permis de révéler une autre histoire de viol, pour laquelle l'accusé a été jugé coupable et condamné à 9 ans d'emprisonnement.

Il raconte avoir voulu aider la victime

Les faits se sont déroulés le 24 juillet 2006, vers 5h du matin, dans la commune de Dardilly. Une jeune maman de 25 ans est retrouvée en état de choc dans le bureau d'accueil du lycée horticole de Rabelais. Terrorisée, couvertes d'éraflures, elle raconte avoir été violée par un homme sur le chemin entre son snack et l'établissement où ses parents habitent. L'individu l'avait dépassée en voiture et s'était garé dans une rue adjacente. Sentant une présence, la jeune femme s'était mise à courir, avant d'être rattrapée par l'individu et projetée au sol. Il lui arrache alors le bas du maillot qu'elle porte sous sa robe, et l'a viole. La victime ira ensuite se réfugier au lycée pour demander de l'aide. Après les investigations réalisées par les gendarmes, un homme est placé en garde à vue puis mis en examen pour viol début août. Un habitant de Limonest, âgé de 44 ans, marié et père de deux enfants.

Ce dernier nie catégoriquement les faits et donne une version différente. Selon lui, le matin des faits et alors qu'il se rendait à son travail, il a aperçu la jeune femme marchant seule et zigzaguant sur le chemin. Il aurait alors décidé de s'arrêter afin de vérifier qu'elle allait bien. Prise de panique, elle serait tombée par terre, d'où les coupures. Ils auraient ensuite discuté ensemble pendant qu'il la raccompagnait jusqu'au lycée, la victime lui expliquant "qu'il venait de lui sauver la vie", "qu'on lui avait fait du mal".

Condamné à 9 ans de prison pour un autre viol

Durant les deux jours de ce procès, les jurés devront donc vérifier les déclarations de l'accusé. Un homme qui ne comparaît pas libre puisqu'il est actuellement incarcéré à la prison de Lyon Corbas pour une autre affaire de viol. En effet, durant l'enquête en août 2006 menée après la plainte de la mère de famille de Dardilly, les gendarmes ont mis en lumière, grâce aux prélèvements biologiques effectué sur l'accusé, que celui ci était responsable du viol non résolu d'une autre victime de 45 ans, en janvier 2003 à Limonest. Mis en examen en mai 2008, la Cour d'Assises du Rhône l'avait alors ugé coupable et condamné à 9 ans de prison et 3 ans de suivi-judiciaire. Dans un premier temps, le quadragénaire avait déclaré être étranger aux faits, avant de donner une nouvelle version au vue de la preuve scientifique. Selon lui, la jeune femme était consentante et elle ne le "dénonçait" que parce qu'il n'avait pas voulu la revoir.

Dédoublement de la personnalité ?

L'accusé, décrit par son entourage comme une personne calme, non-violente et incapable de commettre les faits qui lui sont reprochées est néanmoins décrit par l'expert psychiatre de la cour comme "un homme narcissique, séducteur et immature". Selon lui, l'accusé ne possède pas d'anomalies mentales ou psychiques, mais il est "à même d'obéir à une pulsion lorsqu'il se trouve confronté à une situation où il pense qu'il plaît ou qu'il est susceptible de plaire à une femme". Les autres expertises réalisées par trois autres médecins dans le cadre de l'agression sexuelle commise en 2003, vont dans le même sens. D'apparence normale, l'accusé présente "une personnalité clivée de type pervers avec une partie fonctionnant de façon normale et une partie fonctionnant de façon archaïque selon le principe du plaisir et sans tenir compte des interdits".

Le verdict du délibéré est attendu vendredi soir.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut