Garibaldi_Repos_Blandan
©Grand-Lyon

Pourquoi le réaménagement de la rue Garibaldi va aggraver la pollution

Selon les simulations réalisées par la Dreal, la réduction de la voirie automobile et la suppression des trémies va causer une augmentation de la pollution aux abords de cet axe routier. En cause : la vitesse inférieure et la création de 13 carrefours. Et si la politique d’encombrement routier aggravait la situation ?

Un nouvel exemple de greenwashing ? Une tromperie écologique ? Ou pire : un paradigme urbanistique qui tombe ? L’un des projets phares de l’écologie urbaine prônée par Gérard Collomb n’en est pas un. C'est en tout cas la conclusion du rapport d'enquête publique réalisé par la DREAL. Explications.

Plus que trois voies automobiles

Haro sur les autoroutes urbaines, la voiture-roi, la vitesse folle en ville. Le réaménagement de la rue Garibaldi qui va commencer dès janvier 2012 symbolise la ville apaisée souhaitée par les élus comme par les citoyens. Le contre-modèle de Pradel. Cet axe qui comporte jusqu’à six voies va être redimensionné à trois voies automobiles, avec suppression des trémies, création d’une piste cyclable à l’Ouest en double sens, et d’un site propre accueillant les bus à l’Est. Or en attendant l’avis du commissaire enquêteur, le rapport de l’enquête publique réalisé par la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) cache tant bien que mal une bombe. Non le réaménagement de la rue Garibaldi ne va pas réduire la pollution. Il devrait même l’augmenter. C’est le conseiller d’arrondissement Eric Lafond (MoDem) qui lève le lièvre.

Intersection Trafic (véhicules/jour aujourd’hui)
Départ 13 100
Cours Vitton 15 000
Cour Lafayette 16 300
Rues Servient et Paul Bert 28 100
Cours Gambetta 30 300
Grande rue de la Guillotière 28 100
Rue Domer 24 300

Le point noir de la pollution : la piscine Garibaldi

Le constat est connu. La rue Garibaldi est l’un des axes routiers les plus fréquentés de Lyon : entre 13000 et 30 000 véhicules/jour l’empruntent. Le trafic gagne en intensité à mesure que l’on descend vers le sud : le point noir est atteint à la sortie sud de la trémie Gambetta avec 30 300 véhicules/jour. La pollution est à l’avenant. A cause des autos. A cause aussi de certains riverains pas vraiment verts : quatre stations services, deux pressings, une station de distribution et de stockage de gaz liquéfié, plusieurs immeubles et bureaux équipés de chaufferies, pompes à chaleur ou systèmes de refroidissement... Des relevés de dioxyde d’azote ont par exemple été effectués au bord de la rue Garibaldi en mars 2011. Tous dépassaient le seuil des 40 µg/m3 qu’il est recommandé de ne pas excéder en moyenne annuelle. Le pire est atteint face à la piscine Garibaldi : 92,6 µg/m3.

Baisse attendue du trafic

Les riverains peuvent souffler : d’ici à 2030, la pollution va reculer. C’est l’effet mécanique d’une réduction globale du trafic routier – la part des déplacements automobiles est déjà passée de 34 à 25 % entre 1995 et 2006 à Lyon et Villeurbanne. C’est ainsi qu’au sud de l’avenue Gambetta, le trafic va passer de 30 300 véhicules/jour à 27 078, et de 26300 véhicules/jour à 24320 entre la rue d’Arménie et celle de l’Abondance. De ce point de vue, le projet de la communauté urbaine est une réussite. Les habitants vont pouvoir compter aussi avec des voitures de moins en moins polluantes. Mais ils n’ont rien à espérer des aménagements prévus. "Il n’y a pas d’amélioration notoire de la qualité de l’air à attendre du projet", euphémise le rapport. Des simulations ont été réalisées à horizon 2030, selon que l’on exécute ces travaux ou qu’on laisse l’axe en état. Surprise : le laisser-faire vaut mieux.

Sur l’ensemble de la rue Garibaldi, les émissions de monoxyde de carbone sont ainsi de 51.65 kg sans projet, de 57.51 kg avec ; celles d’oxydes d’azote de 33.09 kg sans, de 34.57 avec ; et celles de particules de 1.99 kg sans, de 2,17 kg avec. Au final calcule l’étude, sur la portion réaménagée, la pollution augmente de 9 à 25 % selon les gaz, si l’on fait l’aménagement plutôt que si on ne le fait pas.

Monoxyde de carbone Oxyde d’azote Composés organiques volatils Particules
Etat actuel 2010 99.81 kg 39.49 kg 9.21 kg 2.71 kg
Horizon 2030 sans projet 51.65 kg 33.09 kg 5.17 kg 1.99 kg
Horizon 2030 avec projet 57.51 kg 34.57 kg 5.52 kg 2.17 kg

Faible vitesse = plus d’émissions de polluants

L’étude donne des pistes d’explication à ce résultat inattendu : la suppression des trémies provoque un ralentissement de la circulation. Or une voiture pollue plus à 40 km/h qu’à 50 km/h (voir graphique ci-dessous). Il faut aussi prendre en compte le rétablissement de 13 carrefours "dont le régime pulsé induit une augmentation des émissions (de 75 % à 10 km/h pour un véhicule léger)". L’étude comptabilise le nombre d’heures de trajets quotidiens effectués par les automobilistes sur la rue Garibaldi. Il est aujourd’hui de 1896. Il sera en 2030 de 1754h/jour sans aménagement, de 1906h/jour avec. Soit une perte de 152 heures de trafic supplémentaire avec la réduction à 3 voies. C’est cet engorgement qui est à l’origine de la pollution supplémentaire. Le pari de la municipalité lyonnaise et de nombreuses villes françaises – engorgement des voies = baisse de la pollution - est battu en brèche. Eric Lafond y voit une cause : l’absence d’alternative en transport en commun. Car à la différence de l’avenue Berthelot qui a amélioré la qualité de son air avec l’arrivée du tram, le projet de réduction de voiries automobile n’est pas ici couplé avec la mise en service d’un transport collectif performant. D’où la proposition de l’élu centriste de n’aménager que "deux voies automobiles" avec de vraies alternatives en transport en commun.

Plus d’accidents aussi !

On dénombre aujourd’hui 30 accidents par an. Après le réaménagement, ce sera là aussi pire : sur une tranche de six ans, comparée à la période 2004-2010, on comptera + 0.45 tués (sic), + 4,82 blessés graves et + 19,13 blessés légers. Des drames qui surviendront notamment aux abords des 13 nouveaux carrefours.

à lire également
ENTRETIEN – De retour du ministère de la Transition écologique et solidaire où il a présenté la future zone interdite à certains véhicules polluants, David Kimelfeld a répondu aux questions de Lyon Capitale. Le président de la métropole dévoile ses grandes orientations, plaçant le réchauffement climatique, la qualité de vie et le social au cœur des enjeux. Sa réaction au retour de Gérard Collomb ? “Il n’y a aucune raison qu’on ne travaille pas ensemble.”
10 commentaires
  1. stivostine69 - 7 novembre 2011

    Alors la chapeau, très très bonne article avec des arguments sourcés qui ne font pas dans le politiquement correct et la propagande. Habitant au debut de la rue garibaldi (a 100m de la future tour incity) je suis très inquiet des travaux a venir ... n'etant pas du tout sur qu'on puisse se passer d'une autoroute urbaine d'axe nord sud dans ce coin ...

  2. eilage - 7 novembre 2011

    Certes chiffres à l'appui, la démonstration tient la route ... Seulement Lyon et lyonnais méritent bien la suppression de cette autoroute urbaine et la réappropriation de ses quartiers par les habitants, les piétons, les cyclistes ... Sans attendre que les principaux responsables (les automobilistes) eux fassent l'effort civique de soit se déplacer autrement, ou plus proprement ...

  3. dany69 - 8 novembre 2011

    Cela ne remet pas en cause l'intérêt du projet, il permet de transformer cette rue aussi laide qu'inhospitalière en une rue agréable, moderne orienté vers tous les modes de transport. Après pour la pollution, la solution est de réduire le nombre de voiture en centre-ville et non pas demander aux automobilistes d'aller plus vite !

  4. guidoline - 8 novembre 2011

    Ainsi, les voitures rouleront à 40 km/h au lieu de 50 ? Mais c'est quoi ces chiffres ? La vitesse moyenne d'une voiture en ville, c'est 18 km/h (source Ademe). Donc, soit on crée des circuits de Formule 1 en ville pour aller toujours plus vite, soit on créé des aménagements dissuasifs pour limiter à terme le nombre de voitures. Car en matière de pollution automobile, le civisme n'existe pas.

  5. MLBRLyon - 9 novembre 2011

    J'ai assisté à l'ensemble des réunions de concertation. Un chiffre réel et inacceptable a été donné pendant ces réunions. A savoir que plus de la MOITIE du trafic sur l'avenue est du trafic de cabotage entre le 3ème, le 6ème et le 7ème. Soit des trajets qui prennent quelques minutes en transports ou à vélo! (et non, pas des gens qui transportent des meubles ou la grand mère). De deux choses l'une: soit on considère, comme Pradel, qu'il faut pouvoir y circuler à 150 km/h, soit on en fait une rue, et non une route. Le projet n'est pas très ambitieux et conserve 3 voies complètes de circulation mais faire rentrer dans la cervelle des gens que non, on n'a pas besoin de 1200 kilos de ferraille alimentés par une énergie crée en des millions d'années et gâchée en quelques minutes pour déplacer 70 kilos sur 3 km. Si ça doit passer par les faire criser dans des bouchons et par une augmentation temporaire de la pollution, alors tant pis, l'avenir est à ce prix.

  6. Collombitude - 9 novembre 2011

    Nous ne sommes pas tous égaux. A Lyon, les rues sont rétrécies pour rendre la ville à ses habitants, à Décines , on crée tout un réseau routier pour accéder au stade de Jean Mimi. On va créer des obligations de déplacements pour 60000 personnes dont 85% partiront de chez elles en bagnoles.A Lyon les bagnoles polluent, à Décines certainement pas, surtout celles qui transportent les supporters de foot de JMA. On nous dit que tout cela est bon pour le développement de l'EST, pourquoi de grandes avenues ne sont pas bonnes pour le développement de Lyon? Il est vrai que l'Est est devenu la poubelle de Collomb,autoroutes, rocades, contournement ,aéroports, et pas loin, centrale nucléaire,ZI, et le tout pour nous rendre encore plus intelligent, le bouquet:un stade pour footeux qui va couter bonbon aux grands lyonnais.Vous avez dit crise? Pour le foot certainement pas!

  7. lyonnais - 9 novembre 2011

    C'est bien, c'est beau c'est même très beau se que vous venez de dire '@eilage, MLBRLyon, dany69, guidoline' mais vous ne pourrez jamais interdire les personnes de mouvées pour X raisons!Au lieu de pointer et de dire 'les méchants automobilistes' vous devriez essayer de comprendre pourquoi les automobilistes se servent encore de leur voiture?Je prends qu'un exemple: si j'habite Jonage et que je travaille au Grand Lyon (rue Garilbadi) et que je mets dans un premier temps 5 minutes pour rejoindre la Z.I de Meyzieu puis que j'ai entre 10 et une demie heure d'attente pour LEA après dix minutes de LEA encore un changement à la Soie puis encore de l'attente puis un quart d'heure pour aller à Charpennes (métro A)encore et toujours de l'attente puis 5/7 minutes jusqu'à la place Guichard(métro B). Encore 5 minutes à pied. Faites le calcul, vous vous servirez toujours de votre voiture si vous en avez une!.Le seul remède aurait été de prolonger la ligne A du métro jusqu'à Meyzieu Z.I (en exterieur après la Soie hormi Décines centre), chose qui n'est plus possible aujourd'hui après le travail baclé de l'équipe actuelle au GL à la Soie en créant une fragmentation des moyens de transports. Que de dégats irréversible sur les mauvais choix de transports, hélas pour nous utilisateurs. A cause de ceci vous aurez toujours MLBRLyon des voutures et leurs occupants entrain de râler dans les bouchons mais la faute ne vient pas d'eux!.

  8. MLBRLyon - 10 novembre 2011

    @lyonnais en ce qui concerne mon message, je n'ai jamais dit que ce genre d'usage est illégitime (à la nuance près que certains choisissent d'habiter près de leur boulot pour justement ne pas subir ce genre d'inconvénient et dépenser des fortunes et un temps infini en bagnole, ce qui outrepasse, de loin, le surcoût en immobilier - mais c'est un autre débat, mitage urbain, surfaces agricoles et naturelles en réduction accélérée, etc.). Enlevez tous ces squatteurs (encore une fois: la moitié des voitures qui vous entourent!) qui font 2 km en bagnole par pure flemme ou je m'en foutisme, et vous ferez ce genre de trajet rapidement... ça ne bougera que quand ces gens là mettront tellement de temps pour faire ces trajets qu'ils emprunteront un autre mode de transport. Malheureux mais bien réel.

  9. lyonnais - 10 novembre 2011

    @MLBRLyon, non cela aurait pu être différent en prenant mon exemple depuis Meyzieu Z.I la ligne de métro A tantôt en extérieur, tantôt en souterrain avec seulement un transfert métro/métro au niveau de Charpennes. Comme elle n'existera jamais(faute de la station la Soie loupé), la population qui n'a pas le choix où l'envie comme nous deux d'habiter la ville centre continueront à prendre leur voiture en râlant.Pour revenir à la rue Garibaldi et sa population locale, il y a de moin en moin de gens qui utilisent leurs voitures pour de très courts trajets, moi qui suit en vélo je vois de plus en plus de personnes à pieds.La fragmentation au sein de cette artère en terme de transit est du au fait que les automoblistes l'emprunte qu'en partie mais traverse quand même la ville d'est en ouest ou bien du nord au sud. Elle est un peu comme notre axe nord/sud sur la Presquîle.

  10. alex69 - 22 novembre 2011

    Attention, pour ceux qui n'aurait pas compris l'enquête publique (comme apparemment le journaliste Fabien Fournier...). L'enquête publique compare ce qui est comparable, c'est à dire d'un côté le projet du Grand Lyon sur la rue Garibaldi tel qu'il est prévu, de l'autre, la conservation de tout ce qui existe (les trémies, les contre-allées...) MAIS avec le même trafic que le projet (c'est à dire avec une réduction à 3 voies et une baisse du trafic voiture).Sérieusement, ça n'est qu'une vue d'esprit puisqu'il est évident que si on conserve l'axe comme aujourd'hui, il n'y aura aucune réduction de trafic et que les trémies ne passeront jamais à trois voies ! Le projet est donc plus polluant, mais certainement pas par rapport à la situation actuelle. Ne rien faire n'est pas la bonne solution.Attention aux effets d'annonces racoleurs et monsieur le journaliste, merci de vérifier ce que vous annoncez dans vos articles ! Et bravo à nos politiques qui soulèvent un lièvre inexistant ! Ca c'est des bons coups politiques !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut