Manifestation des syndicats de la fonction publique le mardi 19 mars à Lyon pour réclamer une augmentation des salaires. (@Vincent Guiraud)

Pour la "survie de la fonction publique" : entre 1300 et 2500 personnes dans la rue à Lyon

Ce mardi, plusieurs milliers de salariés de la fonction publique ont défilé dans les rues de Lyon pour réclamer une augmentation des salaires.

Ils étaient entre 1 300 selon la préfecture et 2 500 personnes selon les organisations syndicales dans les rues de Lyon ce mardi matin. Le cortège, parti peu après 11 h de la place Jean Macé s'est dirigé, dans le calme et sous un grand soleil, jusqu'à la préfecture du Rhône. L'ensemble des organisations syndicales de la fonction publique avait appelé à manifester pour demander une augmentation des salaires "dans un contexte d'inflation encore soutenue".

"On est en train de détruire la fonction publique" estime Yves Raichl, représentant syndical FO de la fonction publique. Le fonctionnaire qui travaille aux finances publiques déplore la non indexation du point d'indice sur l'inflation. "Aujourd'hui la réalité c'est qu'un commissaire de police qui débute gagne 1,27 fois le Smic. C'est une catastrophe pour beaucoup de fonctionnaire" explique-t-il.  Des salaires insuffisants et un recrutement de plus en plus difficile dans beaucoup de secteurs de la fonction publique. "Sur les trois dernières années, on estime à près de 10% la perte de pouvoir d'achat pour les fonctionnaires" poursuit Yves Raichl.

Une smicardisation des agents

"On vit tous avec l'inflation et on se rend compte que nos salaires ne nous permettent plus de vivre dignement" témoigne également Stéphane Bochard, enseignant à la Martinière Duchère, présent ce mardi dans le cortège lyonnais. "Dans la fonction publique il y a une vraie smicardisation des agents" juge-t-il.

Le cortège syndicale à Lyon ce mardi 19 mars. (@Vincent Guiraud)

"On est dans la rue simplement pour défendre l'existence du service public" s'exprime Mikael Ollier, soignant à l'hôpital Lyon Sud et représentant syndical CFDT Fonction publique. "Quand on voit la situation dans les hôpitaux aujourd'hui, on se demande combien de temps on va pouvoir tenir". Face au manque d'effectifs et de moyens, l'ensemble des syndicats rassemblés ce mardi à Lyon réclament une augmentation d'au moins 10 % du taux d'indice et une revalorisation des grilles salariales dans la fonction publique. "On veut avoir une plus grande visibilité des carrières, que ça soit plus lisible pour les jeunes qui souhaitent rejoindre la fonction publique" détaille Mikael Ollier.

"On ne veut pas d'une année blanche"

"Ce que propose le gouvernement, c'est de la maltraitance à tous les niveaux : au niveau salariale mais aussi au niveau de nos conditions de travail" reprend Stéphane Bochard, membre de la CGT Educ'Action, en référence au mouvement de grève qui a touché l'éducation nationale ces dernières semaines pour dénoncer les mesures mises en place à partir de la rentrée prochain au sein du "choc des savoirs". "C’est incompréhensible et c’est toujours les mêmes qui doivent payer la facture. On ne veut pas d’année blanche" témoigne le professeur en réponse à l'annonce du gouvernement qu'il n'y aurait pas d'augmentation de salaire pour les fonctionnaires en 2024.

Selon les chiffres du rectorat, 6,08 % du personnel enseignant était en grève ce mardi dans l'Académie de Lyon.

A lire aussi : "Faire plus avec moins" : les enseignants vent debout contre la réforme du "choc des savoirs"

"C'est un gouvernement de honte, c'est pour ça que nous sommes dans la rue" scande au micro les syndicats en tête du cortège. Agents de la métropole, personnels enseignants, soignants, étudiants, fonctionnaires territoriaux… tous le promettent, en cœur : "On ne lâchera rien".

A lire aussi 98% de grévistes dans un collège de Bron pour dénoncer des mesures imposées par le Rectorat

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut