Philippe Meirieu, candidat des écolos à la région ?

Michèle Rivasi, député européenne de la région, cherchait une perle rare pour mener la liste d'alliance Les Verts-Europe Ecologie aux élections régionales. Elle l'a enfin trouvé la semaine dernière. Et il s'agit d'un homme issu de la société civile : Philippe Meirieu.

Selon nos informations confirmées, il aurait accepté la proposition de Michèle Rivasi qui rêvait depuis quelques jours d'en faire un possible candidat de Rhône-Alpes Ecologie pour les régionales de mars 2010.

Joint ce mercredi matin par téléphone, Philipe Meirieu n'a ni confirmé ni démenti. Idem du côté de Michèle Rivasi : "on saura dans une semaine". Plus connu dans le monde de l'éducation que dans celui dans l'environnement, son nom sera proposé aux militants Verts dans les prochains jours. "Il ne faut pas mettre la charue avant les boeufs. Les choses doivent se faire démocratiquement selon les règles des Verts. Il faut l'accord des militants quitte à avoir recours à un vote. Le suspense dure toujours", nous a déclaré Michèle Rivasi ce mercredi matin.

Rencontre avec Cohn-Bendit

Mais le mystère n'en est plus un. La semaine dernière, Philippe Meirieu a rencontré Daniel Cohn-Bendit, le chef de file de la mouvance Europe Ecologie. Dans la foulée, il s'est entretenu avec certains militants Verts. Philippe Meirieu qui s'est toujours proclamé sympathisant de gauche était jusqu'alors plus proche du Parti Socialiste que des Verts.

Il a notamment été conseiller de Claude Allègre quand ce dernier était ministre de l'Education nationale. Son seul fait d'arme écologique est d'être membre du conseil scientifique de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie).

Cette proximité avec le PS risque de crisper les Verts qui s'inquiètent déjà de se voir exclus de la course à la tête de liste par Michèle Rivasi. "Personne ne lui demande rien ! Qu'est ce qu'il se passe chez les Verts pour qu'il n'y ait plus de démocratie", s'agace un élu Vert rhonalpin. "Michèle Rivasi a trouvé quelqu'un mais il faut que cette personne soit acceptée par le mouvement Verts. Ce sera le plus difficile. Il serait faux de dire que je ne serai pas tête de liste", affirme Etienne Tête. "Michèle Rivasi est-elle chargée de trouver la perle rare ? Est-ce une bonne idée ? Trouver voudrait dire qu'il n'existe rien. Mais en 2004 , nous, Les Verts, avons fait campagne en Rhône-Alpes et nous avons réalisé le meilleur score national. Est-ce que l'histoire de l'écologie politique en Rhône-Alpes n'est pas aussi importante qu'un casting ?", s'interroge Gérard Leras, candidat Verts à la candidature. "Des militants Verts m'ont demandé de rechercher une personnalité pour montrer un rassemblement de personnalité. Pour les listes, il faudra des Verts et des personnes de la société civile. En 2004, Gérard Leras et d'autres ont mené un combat exemplaire. Mais à l'époque, il n'y avait pas la problématique d'Europe Ecologie. Le plus de cette alliance, c'est de trouver des gens comme Eva Joly, José Bové ou Jean-Paul Besset. C'est dans cette optique que je suis allé, à la demande à la rencontre de certaines personnes. Pour faire des listes consensuelles", s'explique Michèle Rivasi.

"La stature d'un président"

Dans le fonds, c'est bien le problème des Verts aujourd'hui : le consensus autour d'un rassemblement celui du parti Les Verts et de la mouvance Europe Ecologie. Le succès des urnes des européennes a des contreparties. "Comme Cécile Duflot (la première secrétaire des Verts, ndlr) mène la liste en Ile-de-France, il était normal qu'en Rhône-Alpes, l'autre région que l'on peut gagner, ce soit quelqu'un hors des Verts qui conduise la liste", glisse la député européenne. Elle cherchait donc un non-Verts. Michèle Rivasi voulait un tête de liste charismatique pour exister et concurrencer le PS. "La personne a accepté ma proposition. Il a la stature d'un président de région, nous confiait mardi après-midi la députée européenne d'Europe Ecologie. Maintenant, il faut que Les Verts le rencontrent".

Convaincre des Verts réticents

Et surtout l'adoubent. Ce qui ne sera pas forcément la partie la plus simple du plan de Michèle Rivasi. Des élus régionaux sortants Verts comme Etienne Tête ou Gérard Leras ont quelques ambitions pour mars 2010.

D'ici à la semaine prochaine, la future tête de liste devrait être connue même si la validation officielle ne devrait intervenir que le 7 novembre. Mais après la moustache de José Bové, élu député européen Europe Ecologie en juin, celle de Philippe Meirieu pourrait porter les ambitions régionales des écologistes en Rhône-Alpes.

à lire également

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut