Our Body : Les opposants s'organisent

Polémique. Depuis la semaine dernière une pétition contre l'exposition Our body circule sur internet. Emmenés par François Rastier, linguiste reconnu, les universitaires signataires s'inquiètent de l'origine des corps.

Lyon Capitale : Vous êtes directeur de recherche au CNRS, en linguistique. Pourquoi avez-vous pris l'initiative d'une pétition demandant la suspension de l'exposition Our Body à Lyon ?

François Rastier : Tout citoyen est en droit de demander qui lui montre quoi. Comme la plupart des premiers signataires, j'enseigne : que transmet-on comme image de la science ? L'argument de vente de l'exposition est scientifique, enfants des écoles et éducation aux merveilles de notre corps, gratuité pour les moins de trois ans. L'organisateur déclare : "J'aime bien faire partager aux gens l'envie et l'excitation d'un spectacle vivant (sic) [...]. Cette exposition vous apporte une énorme adrénaline, beaucoup d'émotion." Si c'est ça la science, ça doit être sexy ! Lecteur des témoignages de l'extermination (il se trouve que j'ai écrit un livre sur Primo Levi*), je suis membre du conseil scientifique de la Fondation Auschwitz. Or actuellement, dans beaucoup d'ouvrages douteux, romans historiques et faux témoignages, on pratique une esthétisation à outrance de la mort. Ici il s'agit des cadavres eux-mêmes : et la fascination de masse va beaucoup plus loin que tout négationnisme.

Elle en demande toujours plus : dans l'exposition de Berlin, on pouvait voir une femme enceinte écorchée. L'esthétisation kitsch est évidente ; pourquoi mettre les corps dans des poses athlétiques genre "dieux du stade" (cyclisme, basket, etc) ? Je serais ambassadeur de Chine, je protesterais contre cette allusion perfide aux jeux olympiques. La mise en scène "vivante" brouille les cartes, elle joue sur la souffrance et l'insensibilité. Une société qui ne respecte pas les morts ne respecte pas non plus les vivants. C'est une question anthropologique au fondement des cultures humaines.

Que souhaitez vous ?

On ne peut pas se contenter de dire que cette exposition est dérangeante, ce qui constitue un argument de vente pour ses promoteurs ! Si on laisse ce type d'industrie devenir un secteur économique, il y a des gens en bout de chaîne qui peuvent être tués pour ça, si ce n'est pas déjà le cas.

Souhaitez vous la fermeture de l'exposition ?

Nous demandons sa suspension, tant que les garanties légales propres à la loi française ne sont pas fournies. Un préfet peut tout à fait prononcer une suspension. Un maire a aussi des pouvoirs de police. On sait que le Comité National Consultatif d'Ethique a émis un avis défavorable et évoqué à ce propos des précédents nazis.

Ne craignez vous pas de passer pour des censeurs ?

L'argument qu'il faut faire sauter les tabous tourne à vide, il est lui-même devenu tabou. Nous nous adressons à la société civile. Est-ce que n'importe qui peut montrer n'importe quoi à qui voudra bien payer ? Après le procès de Nuremberg, en réponse aux pratiques nazies, on s'est posé la question du consentement pour tout acte médical. Pour toute utilisation d'un corps, la loi française exige un consentement écrit exprimé du vivant de la personne. L'organisateur répond qu'il n'a pas de dossiers individuels : en devenant anonymes les corps sont encore mieux déshumanisés. Andrew Cuomo, le procureur de l'Etat de New York qui enquête sur l'exposition sœur aux USA, et demande attestation de l'origine des corps, a déclaré le 29 mai : "La sombre réalité est que (la société productrice) tire profit d'individus qui pourraient avoir été torturés et exécutés en Chine". Un procureur français ne pourrait-il faire preuve de la même lucidité ?

* Ulysse à Auschwitz, 2005, Paris, coll. Passages.

Lire aussi :

L'avis du Comité d'éthique : une atteinte à la dignité humaine

Antis Our Body : la pétition

Our Body : les opposants s'organisent

Our Body : les cadavres peuvent rapporter gros

Our Body, les réactions

Edito : tu m'as vu en cadavre ?

Our Body : entretien avec Michel Côté

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut