Grand stade Parc OL
©Tim Douet

OL : un ancien entraîneur accusé de harcèlement sexuel sur mineures

Un ancien entraîneur de l'OL aurait harcelé sexuellement deux footballeuses de 15 ans au printemps 2018, a révélé ce vendredi Médiapart. Après avoir dénoncé ses agissements, l'une des victimes présumées aurait été écartée du club.

Médiapart a révélé ce vendredi qu'un entraîneur du centre de formation de l'OL avait démissionné l'an dernier, accusé de harcèlement sur des joueuses. De septembre 2017 à mai 2018, Yohan D. aurait harcelé sexuellement deux jeunes footballeuses de 15 ans, qui l'ont dénoncé fin mai 2018. L'OL a signalé les faits au procureur le 21 juin de la même année. Une enquête a été ouverte en septembre 2018.

D'après Médiapart, les parents d’une des joueuses qui aurait permis ce signalement ont été reçus dès le 30 mai 2018 par Sonia Bompastor, directrice de la section féminine au sein de l’académie, pour leur annoncer que le club avait décidé de saisir la justice. Néanmoins, une petite semaine plus tard, le 5 juin, Sonia Bompastor change de discours : l'OL ne couvrira plus les dépenses de transport, d'hébergement et de nourriture de leur fille. Cette décision conduisant selon Médiapart la famille de la jeune footballeuse, modeste, à la retirer du club.

Dans un communiqué, l'OL assure de son côté que la jeune fille en question "n’était pas la personne concernée par les faits évoqués", et que "son départ est uniquement lié à des considérations sportives au demeurant classiques dans le sport de haut niveau". Le club récuse toutes accusations de discriminations entre les jeunes footballeurs et footballeuses, rappelant dans son communiqué "qu’il a été le premier club français à développer une académie féminine en s’attachant dès sa création en août 2016 à proposer aux jeunes filles exactement les mêmes conditions que celles mises à disposition des joueurs".

Mais les parents de l'adolescente ne l'entendent pas de cette oreille et ont assigné l'OL en justice, au motif que le club ne leur avait fait signer aucun contrat ni aucune convention. Ce que ne conteste pas l'OL : "S’agissant du cadre contractuel, les joueurs disposent d’un environnement juridique (loi, convention collective, règlementation) permettant la signature de conventions de formation et de contrats de formation. Cet environnement spécifique n’existe pas à ce jour pour les joueuses".

Affaire à suivre le 22 juillet prochain devant le tribunal de grande instance de Lyon.

à lire également
1 commentaire
  1. vieux caladois - 7 juillet 2019

    yohan D. : il est mineur ?

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut