NYSE Euronext et la finance lyonnaise se réconcilient

Marcel Deruy, le président de Lyon Place Financière et Tertiaire a de quoi se réjouir. Un accord est en voie de finalisation entre NYSE Euronext et la communauté d'intérêt qui réunit tous les grands noms de la finance lyonnaise. Le partenariat devrait permettre aux PME lyonnaises de ne pas souffrir de la disparition de la délégation régoniale du premier groupe boursier mondial.

Début juillet, l'annonce de la fermeture avait provoqué un tollé. Tous les acteurs concernés par le développement de l'économie en Rhône-Alpes craignaient alors que la disparition du seul lien entre la bourse et l'économie locale ne pénalise fortement l'expansion de nombreuses PME. " Les entreprises moyennes de Rhône-Alpes ont besoin ici d'un service de qualité qui ne fonctionne qu'avec la proximité ! Sans cela, nos PME ne pourront plus accéder correctement aux marchés cotés. Et ce sera faire une croix sur leurs investissements, leurs capacités à innover, leur croissance et sur des créations d'emplois pour demain ! " expliquait le Président de la région, Jean Jack Queyranne.

Lyon Place Financière prend la relève

Au travers de l'accord, Lyon Place Financière devient l'interface de référence entre l'économie locale et les marchés boursiers. " Nous travaillions déjà avec le Medef, la CGPME, la Chambre de commerce et d'industrie et de nombreuses PME déjà cotées en bourse, il était donc naturel qu'on soit au coeur de la solution " glisse Marcel Deruy. Pour remplacer les trois conseillers d'Euronext sur le départ, Lyon Place Financière souhaite mettre en place une structure totalement dédiée à sa nouvelle activité, de sorte que, " malgré la fermeture, les entreprises puissent trouver à proximité les services qu'elles avaient avant ".
Mais l'enjeu réel était avant tout de recréer un acteur institutionnel lyonnais vers lequel les PME désireuses de se financer sur les marchés pourraient naturellement se tourner. Grâce à l'appui d'Euronext, Lyon Place Financière devient cet acteur. " L'entrée en bourse est quelque chose de complexe, qui pose beaucoup de questions aux entrepreneurs, il faut que les entreprises aient des réponses de professionnels sans avoir besoin d'aller à Paris ou à Londres " explique Marcel Deruy.

" La mobilisation a payé "

Du côté de NYSE Euronext, on est également très heureux de voir un accord aboutir. La société regrettait en effet que sa décision soit interprétée comme un abandon des PME. " A aucun moment notre intêret vis a vis des valeurs moyennes ne faiblira, notre but avec le partenariat est de continuer à développer un écosystème local " se défend le leader mondial. Mais face à la colère des acteurs locaux, c'est une solution de secours qui a dû être trouvée dans l'urgence. " Je suis très satisfait de la mobilisation qu'on a su créer et que cela ait abouti sur un succès. Euronext s'est rendu compte qu'ici il se passait des choses. La région Rhône-Alpes est celle dans laquelle il y a le plus d'affaires moyennes cotées. " Le plus dur commence pour Lyon Place Financière : faire aussi bien que le spécialiste mondial en matière de marchés financiers.

à lire également
Pascal Le Merrer, fondateur des Journées de l’économie de Lyon © Antoine Merlet
Entretien avec Pascal Le Merrer, professeur d’économie à l’ENS, qui a fondé, à Lyon, en 2008 les Journées de l’économie, dont la 12e édition s’ouvre le 5 novembre sur le thème “Environnement, numérique, société… la décennie de tous les dangers”. Dix ans durant lesquels les économistes vont devoir “trouver un consensus” pour éviter un retour des populismes.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut