les nuits de fourviere ambiance
Loll Willems

Nuits de Fourvière : la Métropole ignore les mises en garde de la CRC

En avril dernier, la chambre régionale des comptes dénonçait la pratique d’une “véritable politique tarifaire” par le festival des Nuits de Fourvière et faisait quelques recommandations pour la prochaine édition. Lors de son conseil, lundi 30 mai, la métropole a annoncé le montant de la subvention mais n’a apporté aucune solution aux critiques des juges financiers.

Lundi, les Nuits de Fourvière étaient à l’ordre du jour lors du conseil de la métropole de Lyon et les conseillers n’ont pas tari d’éloges sur ce festival qui rassemble plus de 190 000 spectateurs. "Les retombées économiques des Nuits de Fourvière sont importantes dans le secteur tertiaire, mais aussi pour les commerçants", expliquait une élue Synergies-Avenir. "La qualité du modèle économique du festival a également été saluée par la publication d’un rapport de la chambre régionale des comptes", ajoutait Myriam Picot, la vice-présidente dédiée à la culture.

La CRC reproche au festival des tarifs trop élevés

Si ce rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) révélait effectivement une situation financière saine, il reprochait surtout aux Nuits de Fourvière de ne pas jouer "pleinement [leur] rôle", notamment de pratiquer "une véritable politique tarifaire" alors que le festival est subventionné à hauteur de 40 %. Les conseillers métropolitains n’ont visiblement retenu de ce rapport que les éléments positifs.

Les critiques et remarques formulées par les juges financiers sont restées sans réponse de la métropole, alors que le festival est sous son pavillon depuis le 1er janvier 2015. Myriam Picot a cependant rappelé certaines conditions "pour garantir la qualité du festival" : "Les dépenses d’administration doivent être limitées à 15 % du budget, et les dépenses artistiques supérieures à 60 % du budget. La subvention de la métropole doit également être affectée en priorité aux créations ou aux coproductions."

Une subvention en baisse de 6 %

La vice-présidente à la culture a ensuite annoncé le montant de la subvention attribuée par la métropole à la 71e édition du festival, qui débutera mercredi 1er juin avec le concert de Radiohead. Cette année, la subvention a été revue à la baisse avec un avenant à la convention 2012-2018. Cette convention avait été signée par le conseil général, dont la métropole a repris les compétences sur son territoire, et prévoyait une subvention de 3,7 millions d’euros aux Nuits de Fourvière jusqu’en 2018.

"Afin de respecter le cadrage budgétaire de la métropole, le montant de la subvention 2016 a été diminué de 6 % et s’élève désormais à 3 487 400 euros", a annoncé Myriam Picot. Un manque à gagner de plus de 220 000 euros pour les Nuits de Fourvière.

à lire également
Douze ans après son dernier passage à Fourvière, et à la suite de son deuxième disque, le supergroupe de Damon Albarn The Good, the Bad & the Queen revient donner des nouvelles de l’Angleterre. Mauvaises, les nouvelles, on s’en doute. De celles qui accouchent de la meilleure musique.
2 commentaires
  1. Kasneh - 31 mai 2016

    En effet la politique tarifaire des Nuits de Fourvière est très préjudiciable aux contribuables et résidants lyonnais. Les prix des spectacles sont élevés si on les analyse par rapports à d'autres festivals similaires : Jazz à Vienne, Orange... En résumé subventions importantes et tarifs élevés.

  2. SophieV - 1 juin 2016

    Beaucoup trop cher pour être très mal assis en plus, malgré le maigre coussin. Je n'y vais plus depuis 3 ans, c'est de l'arnaque pure et simple.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut