Grégroy Doucet, le maire de Lyon, plante « l’Arbre de la République », square Jussieu, 3e arrondissement de Lyon @AnthonyFaure

"Nous avons mis fin à l’artificialisation des sols" à Lyon se félicite Grégory Doucet

D’ici fin 2023, trois hectares de Lyon devraient avoir été "libérés du bitume", selon le maire Grégory Doucet, actant ainsi la fin de "l’artificialisation des sols" entre Rhône et Saône. 

Promesse de campagne, objectif rappelé mainte fois par le maire de Lyon depuis deux ans, la végétalisation de Lyon et la désinperméabilisation de ses sols "avance bien", assure Grégory Doucet à l’approche de la mi-mandat. "Jusqu’à cette dernière saison de plantation, nous avions déjà regagné plus d’un hectare et demi de sol végétalisé sur la ville et avec cette nouvelle saison de plantation c’est de nouveau un hectare et demi que nous allons libérer du bitume". 


"Ca ne se traduit pas nécessairement par  des très très grandes opérations où l’on arrache des kilomètres de bitume, bien évidemment"Grégory Doucet, maire de Lyon


Ce que le maire Lyon considère comme "une grande source de satisfaction, car c’est un des engagements clé de ma campagne". Par rapport au 48 km2 de surface de la Ville de Lyon cela peut sembler faible, voire "dérisoire" comme l’admet volontiers l’élu écologiste, mais cela marque surtout la "fin du processus d’artificialisation des sols, il y avait un grand pas à franchir et nous l’avons, nous avons inversé la tendance". 

Voir aussi : Un futur grand parc belvédère à Fourvière, l'ambitieux Plan Nature de Lyon (vidéo)

Concrètement, cela consiste à passer du bitume "au sol vivant au sol vivant, perméable et de pleine terre, afin de créer des poches végétales plus durables au coeur de la ville", précisait la municipalité cet été. "Ca ne se traduit pas nécessairement par des très très grandes opérations où l’on arrache des kilomètres de bitume, bien évidemment. Ça se fait ici et là par des opérations où l’on va enlever du stationnement, élargir une parcelle plantée… ", explique Grégory Doucet. Carencés en espaces verts, l’Est de la ville et la Presqu’île ont été identifiés comme des cibles prioritaires.

100 000 arbres d'ici 2030

Au total, un budget de 141 millions d’euros, tirés du plan pluriannuel d’investissement (PPI), a été alloué par l’exécutif pour verdir Lyon. D’ici 2030, la majorité ambitionne de planter 100 000 nouveaux arbres dans l’espace public à Lyon. Entre 2020 et 2021, ce sont déjà près de 8 500 arbres qui avaient été plantés à Lyon. Avant la fin du mandat en cours, cela doit notamment passer par la création de 9 vergers par an, soit un par arrondissement, qui doivent permettre de planter 500 arbres fruitiers par an.

Cours d’école, rues ou encore places sont au coeur de ce grand plan de végétalisation, qui vise à "rapprocher la nature au plus près des habitants et des lieux du quotidien". Le projet de création du parc des Balmes sur les hauteurs du 5e arrondissement, qui doit s’accélérer en 2023, s’inscrit dans cet objectif de reverdir Lyon.

Lire aussi : Projet du Parc des Balmes à Lyon : une nouvelle échéance pour janvier 2023

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut