Le Grand parc de Miribel-Jonage. C.Belsoeur / Lyon Capitale

Métropole de Lyon : un budget de 44 millions d'euros pour le plan nature

Dans le cadre enchanteur du complexe pédagogique de L’îloz’, au cœur du Grand parc de Miribel-Jonage à l'est de Lyon, le président de la métropole Bruno Bernard a présenté le plan nature de sa mandature jeudi 17 juin. Il porte son budget à 44 millions d'euros.

C'est un lieu peu connu des Lyonnais. Sur les rives du canal de Jonage, au sud du Grand parc de Miribel-Jonage, L'îloz' est une ancienne ferme reconvertie en un espace pédagogique pour informer les scolaires et le grand public sur les actions menées par le Grand parc et plus globalement sur les grands enjeux environnementaux de notre époque.

Le président de la métropole Bruno Bernard y a dévoilé jeudi 17 juin en début d'après-midi sous un ciel d'orage les grandes lignes du plan nature du Grand Lyon, voté en janvier 2021 dans le cadre du plan pluriannuel des investissements. "Le budget du plan nature est de 44 millions d'euros, soit le double par rapport au précédent mandat", a affirmé Bruno Bernard (Europe Écologie Les Verts).


"Plutôt que de saupoudrer en mettant de l'argent partout pour protéger plein d'espèces différentes, on va se concentrer sur les espèces parapluie", dit Pierre Athanaze, vice-président de la métropole délégué à l'environnement. 


"Ce plan nature a trois enjeux essentiels : un enjeu climatique, un enjeu de biodiversité et un troisième enjeu social, car l'accès à la nature d'un plus grand nombre de personnes est essentiel", note le président de la métropole de Lyon. L'un des volets majeurs de ce plan nature sera de créer des corridors écologiques pour relier entre eux les espaces végétalisés de la métropole. Bruno Bernard a ainsi mis en avant les deux hectares d'arbres déjà plantés sur la commune de Saint-Priest. La métropole veut en effet créer un grand corridor écologique entre le parc de Parilly et le Grand parc de Miribel-Jonage. "Nous allons aussi végétaliser des écoles, des copropriétés", a insisté l'élu des Verts.

L'îloz' au sein du Grand parc de Miribel-Jonage. C.Belsoeur / Lyon Capitale

Si le budget du plan nature a gonflé par rapport à la précédente mandature, Pierre Athanaze, le vice-président de la métropole délégué à l'environnement, a expliqué vouloir utiliser différemment cette manne financière, en donnant plus de valeur à chaque euro dépensé. "Quand on plante un arbre dans le centre de Lyon cela nous coûte entre 2000 et 3000 euros, car il faut creuser le sol et on plante un arbre qui doit être déjà grand pour qu'il résiste en ville. Si on plante le même arbre en milieu agricole à Meyzieu ou Chassieu, on va prendre un arbre plus petit et il va être plus facile à planter. Cela nous coûtera seulement 300 euros", explique l'élu, qui veut suivre la même logique pour la protection de la biodiversité. "Plutôt que de saupoudrer en mettant de l'argent pour protéger plein d'espèces différentes, on va se concentrer sur les espèces parapluie". Ces animaux dont l'étendue du territoire ou de la niche écologique permet la protection d'un grand nombre d'autres espèces.

Rendez-vous en fin de mandat pour un bilan des premières avancées concrètes de ce plan. Même si la biodiversité à un autre rythme que le politique.

 

Faire défiler vers le haut