Najat Vallaud-Belkacem
© Tim Douet

Mauvais niveau des élèves français en sciences : Najat accuse Fillon

La ministre de l’Éducation nationale s’en est prise à François Fillon en rejetant la faute des mauvais résultats des élèves français en sciences sur les épaules du gouvernement qu’a dirigé ce dernier entre 2007 et 2012.

Selon une étude récente de l'Association internationale pour l'évaluation de la réussite éducative qui a fait le tour des médias nationaux, les enfants français seraient nuls en sciences. Une étude qui n'a pas été contestée par la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem qui a estimé ces résultats comme étant "inacceptables". La ministre a cependant rejeté la faute sur le gouvernement dirigé par François Fillon entre 2007 et 2012 en parlant de "génération sacrifiée".

"Oui je pèse mes mots, c'est une génération sacrifiée parce que ces élèves de CM1 qui ont été évalués par TIMSS ont commencé leur scolarité en CP en 2011 avec des programmes de 2008 extrêmement faibles. Tous les enseignants disaient qu'ils étaient faibles et à la fois trop lourds et insuffisamment détaillés", a expliqué Najat Vallaud-Belkacem lors d'un point presse.

"Ces élèves ont été scolarisés à une époque où l'on supprimait des postes de professeurs, où l'on supprimait la formation initiale des enseignants et où on a réduit à peau de chagrin la formation continue des enseignants. Ces élèves ont donc été marqués par la pauvreté des programmes, de la formation des enseignants et par la pauvreté de l’accompagnement", a conclu la ministre.

à lire également
Dessin rubrique Education Lyon Capitale 794 © Isacile
Malgré la mise en place du système d’évaluation des compétences, les notes font toujours partie du paysage scolaire français. En période de conseils de classe, elles alimentent les conversations familiales et deviennent vite sujet de crispation, voire source de conflit. Comment réagir aux “mauvaises” notes et surtout comment aider son enfant ?
2 commentaires
  1. Marine - 1 décembre 2016

    C'est trop marrant, quand vous entendez tous ces femmes/hommes politiques qui disent toujours 'ce n'est pas moi mais l'autre mandat'... La conjoncture aujourd'hui, fait, que tous ces élèves sont de plus en plus sur les portables, les télés, les jeux vidéos. Les parents ne font plus les devoirs avec les enfants, les parents pensent que l'école doit 'éduquer' les enfants. Avant, à mon époque, quand on arrivait, on avait 'une dictée, une fiche de calcul mental'. L'école d'aujourd'hui n'instruit pas ; elle surfe sur l'éducation, elle surfe sur la religion. Mais bon, personne ne veut en parler, personne ne veut changer quoi que ce soit.

  2. inesP - 15 décembre 2016

    Joli tour de passe-passe de l'UMPS qui fait croire qu'il existe un conflit... Un peu comme les joueurs de bonneteau tous complices secrètement pour mieux arnaquer le passant

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut