François Hollande
© Alain Jocard / AFP

Lyon-Turin : Hollande et Renzi passent la seconde

Ce mardi, le président français et le chef du gouvernement italien devraient graver dans le marbre les participations financières des deux pays pour la liaison Lyon-Turin et candidater à l’appel d’offres européen qui apportera près de la moitié des fonds.

François Hollande, lors de sa conférence de presse, le 5 février 2015 © Alain Jocard / AFP

© Alain Jocard / AFP
François Hollande, lors de sa conférence de presse, le 5 février 2015.

Certes, ce ne sera pas le sujet principal de ce somment binational mais, ce mardi à Paris, François Hollande et Matteo Renzi devraient aborder le devenir de la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin. En effet, malgré une enquête ouverte par l'Office de lutte antifraude européen, les freins semblent doucement se desserrer autour du lancement de la construction de la portion internationale de 58 km de l'édifice qui devrait relier Saint-Jean-de-Maurienne à Bussoleno.

L’Italie dit oui

L'Italie vient en effet d'approuver officiellement le lancement des travaux pour cette portion, ce qu'elle n'avait pas encore fait. François Hollande et Matteo Renzi vont maintenant devoir passer la seconde s'ils veulent réellement du tunnel puisqu'il ne leur reste que jusqu'à jeudi pour candidater à l'appel à projets européen relatif aux interconnexions. Un appel à projets taillé sur mesure pour le Lyon-Turin qui ouvrirait une voie de transit rapide d'est en ouest.

40 % de financement européen

Lyon-Turin_image-gauche ()

Répondre à cet appel est loin d'être une coquetterie pour ce projet de liaison transalpine vieux de plus de 20 ans. Car il conditionne le financement du Lyon-Turin, estimé à environ 9 milliards d'euros et encore jamais réellement évoqué lors des précédents accords franco-italiens. 40 % des fonds devraient être apportés par l'Europe, 34 % par l'Italie et 26 % par la France, soit environ 2,3 milliards d'euros.

12 ans de travaux

Reste encore à définir un calendrier. Si les travaux de la portion internationale devraient pouvoir débuter rapidement (une source proche du dossier évoque le premier trimestre 2016), ceux-ci prendront du temps. Douze ans, d'après les prévisions les plus récentes. L'ensemble de la liaison devrait ainsi ouvrir à l'horizon 2030.

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut