Gendarmes
©LOIC VENANCE / AFP

Lyon : les ambulancières accusent les gendarmes

Suite à la publication d'un message des gendarmes relatant une agression dont auraient été victimes deux militaires à Brignais, une ambulancière a livré sa version. 

Dans un long message posté sur Facebook, les gendarmes du Rhône expliquent que deux de leurs collègues auraient été agressés à Brignais par deux ambulancières (lire ici) lors d'un contrôle. Le dimanche 24 novembre, les deux motocyclistes de la Brigade motorisée patrouillent. Une ambulance privée arrive à toute allure, gyrophare allumé sur l'A43. Les motards tentent de rattraper l'ambulance dont la conductrice ne respecte pas le Code de la route : franchissements de ligne blanche, non-respect des distances de sécurité... Ils décident alors d'arrêter le véhicule et de le contrôler. À l'intérieur, deux ambulancières expliquent qu'elles transportent un patient en urgence vitale. Les motards choisissent de les escorter jusqu'à l'hôpital, où un patient descend bien, mais ne serait pas dans l'état décrit. Les gendarmes contrôlent alors les ambulancières, mais la conductrice aurait refusé. Elle serait devenue agressive dans ses propos. Face à cette réaction, les motards décident de la placer en garde à vue, mais la situation dégénère. Les deux femmes auraient agressé physiquement les deux gendarmes selon les militaires. L'un des motards a reçu 3 jours d'ITT.

Une ambulancière réagit 

L'une des ambulancières a échangé avec nos confrères de Radio Scoop, livrant sa version des faits. Selon elle, le patient était bien en urgence vital, présentant une fiche d'intervention SAMU aux journalistes de la radio. Elle explique avoir subi des "sarcasmes et de provocations de la part de l'un des gendarmes" et ne pas les avoir agressés, mais aurait été "victime de violences de la part des militaires". Les deux femmes ont été interpellées à l'hôpital Édouard Herriot par des policiers en arme, "comme des terroristes", affirme-t-elle. Les deux ambulancières ont reçu 5 jours d'ITT et disent vouloir porter plainte et pris un avocat.

Près de Lyon  : deux gendarmes agressés par des ambulancière

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut