bouchons

Lyon : le trafic routier en hausse dans l'agglomération

Les conditions de circulation ne cessent de se dégrader dans l'agglomération lyonnaise, avec un trafic routier en constante augmentation d'après le rapport 2018 de Coraly.

Dans l'agglomération lyonnaise, ça roule mal. C'est le constat qui ressort du rapport 2018 de Coraly, en charge de la coordination et de la régulation du trafic sur les voies urbaines rapides de l'agglomération. Dans le contexte de dérèglement climatique, les chiffres ne sont pas brillants.

De plus en plus de voitures et de poids lourds

En cinq ans, le trafic routier a augmenté de 7 % sur l'agglomération lyonnaise, avec une hausse certes plus faible ces dernières années (+1,4 % en 2016 et +1,0 % en 2017).  Les poids lourds ne sont pas en reste, plus nombreux qu'en 2017 (+1,7 %) mais rien de comparable à la forte augmentation de 2016 (5,2 %). Ceux-ci représentent entre 15 et 20 % du trafic routier et sont sur-représentés sur le périphérique Nord et sur le contournement de Lyon, l’A46S et l’A46N en raison de l’interdiction de circulation des poids lourds en transit sur l’axe A6-A7. Les principaux responsables de ces augmentations du trafic routier seraient l'ouverture de l'A466, qui relie l'A89 à l'A6 et ajoute donc des flux sur l'A6, ainsi qu'une forte augmentation du trafic sur l'A7.

La galère matin et soir

Sur les 240 kilomètres que compte le réseau Coraly autour de l'agglomération lyonnaise, les périodes de pointe sont comprises entre 6h18 et 9h12 le matin, et 16h et 20h12 le soir. Sans surprise, les voies les plus fréquentées à ces horaires sont l'A6/A7, le périphérique Est et l'A43 entre Manissieux et le périphérique.

Le matin, la circulation reste compliquée dans l'agglomération, avec "des conditions de circulation dégradées sur la plupart des itinéraires", constate Coraly. Et ce particulièrement en début de semaine, le mardi. Le temps de parcours est multiplié par cinq sur les accès à Lyon via l'A42, l'A43 et le tunnel de Fourvière. Il est également en augmentation sur le contournement Est par l'A46S. Le soir, c'est aussi au niveau du tunnel de Fourvière que ça bloque, ainsi que sur la N346 et l’A46 vers le sud.

Anneau des Sciences, déclassement de l'A6/A7, péage de transit, développement des transports en commun (lire ici)... Les propositions ne manquent pas pour désencombrer la capitale des Gaules. En amont des élections municipale et métropolitaine, force est de constater que la mobilité dans l'agglomération lyonnaise reste un enjeu de taille.

 

 

à lire également
Les deux journées d'expérimentation de piétonnisation en semaine à Lyon auront permis de livrer un constat implacable : à l'inverse des samedis, ce mercredi et jeudi, les piétons n'étaient pas les bienvenus au milieu de la route. Les conducteurs n'ont pas lâché leur domaine.
1 commentaire
  1. Galapiat - 1 août 2019

    90 % des poids lourds n'ont pas à circuler en Rhône Alpes, où ils ne font que,passer, arrivant du Sud pour rejoindre le Nord. ou l'Est, faute de ferroutage ils prennent les routes sans en payer le cout qu'il s'agisse de la construction ou de l'entretien. Rétablir les portiques, taxer les PL étrangers et ne plus tolérer que des produits espagnols à destination de Londres ou Berlin circulent sur nos routes. J'ai bon espoir !!!!! le train de Perpignan/ Rungis, 75 Wagons est remplacé par 20000 camions, dès le 15juillet une décision de la ministre Borne ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut