Lyon : les vues, cartes et le plan de l'Anneau des sciences

L'autoroute de l'Anneau des sciences va-t-elle passer près de votre maison ? Un collectif s'opposant à ce projet a publié plusieurs cartes, vues et le plan du tracé du futur périphérique de Lyon. Selon la métropole, il doit accueillir chaque jour au moins 60 000 voitures et camions.

Difficile pour beaucoup de s'imaginer à quoi ressemblera l'Anneau des sciences à Lyon, cette autoroute urbaine, composée de deux tubes 14 kilomètres, soit 28 kilomètres de tunnel, censée boucler le périphérique en 2030. Pour l'instant, le président de la métropole David Kimelfeld s'est prononcé pour le projet, à condition de pouvoir l'utiliser également pour les modes doux et transports en commun. Gérard Collomb, défend également la création de l'Anneau des sciences, l'inscrivant comme l'une des conditions pour le déclassement de l'A6-A7.

Un collectif publie les documents

Un collectif regroupant plusieurs citoyens s'est formé sous la bannière "Anneau des sciences non merci". Sa première action a été de dévoiler l'ensemble des cartes et le trajet de l'autoroute urbaine, mettant ainsi fin au flou qui pouvait entourer le projet, tout en permettant à certains de découvrir qu'il pourrait passer à proximité de leur maison.

Jusqu'à présent, la vue présentée par la métropole ne permettait pas de se faire une idée réelle et précise du tracé.

Grâce au collectif "Anneau des sciences non merci" et aux documents dévoilés, il devient enfin tangible et concret (voir à la fin de l'article).

Les arguments qui reviennent régulièrement de la part des défenseurs du projet veulent que lorsque ce double tunnel pourrait voir le jour autour de 2030, les voitures seront moins polluantes, car électriques ou à hydrogène. Des discours oubliant un fait de taille : entre 40 et 50 % des particules fines émises par les véhicules viennent des pneus, freinages et usures de la route. Par ailleurs, même si l'Anneau sera en partie enterré, on ignore pour l'instant où seront les puits chargés d'évacuer particules fines et gaz polluants, à proximité des habitations. L'idée d'un anneau 100 % propre n'est donc qu'un mythe et pour l'instant, tout comme on ignore les éventuelles nuisances sonores ou vibrations qu'il pourra engendrer.

Enfin ce qui est présenté comme des "portes d'accès" restent des échangeurs autoroutiers. "Loi Mont-Blanc" oblige, il ne peut y avoir d’embouteillage à l'intérieur des tubes, la régulation se fera donc aux entrées sur les échangeurs à l'extérieur, représentés en rose sur les cartes publiées ci-dessous. Ce sont donc ces zones qui accueilleront les bouchons, ainsi que les rues adjacentes.

Une autoroute à proximité d'un "éco-quartier"

On remarquera également que l'autoroute passe sous/sur certaines des dernières zones vertes de la métropole de Lyon, ou à proximité. Enfin, symbole de taille, à Saint-Genis-Laval, un échangeur et une portion en plein air sont à côté du futur "éco-quartier" du Vallon des Hôpitaux. Une appellation qu'il sera impossible de maintenir avec le périphérique à proximité. L'Anneau des sciences devrait être l'un des grands débats lors des élections municipales et métropolitaines à Lyon en 2020. Plusieurs questions ne manqueront pas d'être soulevées comme son utilité, l'impact sur la vie des Lyonnais, leur santé, l'écologie, les zones vertes, mais aussi sur la circulation à l'est, un périphérique bouclé pouvant engendrer une hausse du trafic sur ce secteur opposé de par sa nature "ronde", qui permet de tourner autour de la ville.

Se pose également la question de son coût, estimé au moins à trois-milliards (échelle basse). Désormais, avec ces cartes et vues, le projet prend enfin forme dans les esprits et ne devrait pas manquer de déclencher de nouvelles réactions sur sa nécessité ou non.

Légende des cartes :

  • pointillés jaunes : tunnels
  • pointillés bleus clairs : tranchés couvertes
  • roses : voiries à ciel ouvert ou pont / viaduc
  • violets : tracé et station métro B
  • tirets rouges : limites des communes
  • ronds avec une croix à l'intérieur : zones de carottage
  • aucun puits éventuel pour l'évacuation des gaz polluants et particules fines n'est représenté pour l'instant

L'ensemble de ces vues sont tirées du dossier de consultation des entreprises pour la reconnaissance géologiques et géotechniques par sondages et essais. Il contient le "plan d'implantation des sondages carottes" et date de 2017.

Valvert

Valvert

Tunnel de Tassin

Tunnel de Tassin 

Alaï (avec des routes en extérieur dans une zone très verte)

Francheville

Tunnel de Francheville

Tunnel de Francheville et porte de Beaunant (avec des routes extérieures dans une zone très verte)

Tunnel de Saint-Genis-Laval (la mention Pierre Bénite est une erreur sur le document)

Tunnel de Saint-Genis-Laval

Tunnel de Saint-Genis-Laval et diffuseur à proximité de "l'éco-quartier"

Tunnel du Montmein

Tunnel du Montmein - porte de la Saulaie

Traversée du Rhône / port Herriot

Échangeur de Saint-Fons

 

11 commentaires
  1. vieux caladois - 13 juin 2019

    je réitère ma demande : y a-t-il quelqu'un d'intelligent pour traduire ?

    1. Bernard Girard - 13 juin 2019

      Avec la légende :
      pointillés jaunes : tunnels (2 tubes sensiblement parallèles)
      pointillés bleus clairs : tranchés couvertes
      roses : voiries à ciel ouvert ou pont / viaduc
      tirets rouges : limites des communes
      ronds avec une croix : zones de carottage
      violets : tracé et station métro B

  2. JANUS - 13 juin 2019

    Sans boucler ce périphérique, il n'en aura que le nom. Tunnels veut bien dire sous la terre. non ?

  3. Abolition_de_la_monnaie - 13 juin 2019

    Rappelons le nom "concret" de ce gâchis : "l'anneau de la pollution"
    (et non "l'anneau des sciences" qui est un nom de communication pour "faire class")

  4. Vallon de Beaunant - 14 juin 2019

    Enfin un article qui présente les impacts dévastateurs sur l environnement, le cadre de vie sans aucun bénéfice. C est dévastateur alors que des solutions alternatives ont été formulées. En particulier le développement des nouveaux modes de mobilité ainsi que les transports en commun. Le collectif Vallon de Beaunant s organise. Comment peut on annexer des terrains agricoles et naturels de Chaponost alors que cette commune ne fait pas partie de la Métropole. Et que dit le département qui devra financer ce projet.

  5. ALAIN CHAN - 14 juin 2019

    Paris souhaite supprimer son périphérique et Lyon le construit....

    1. vieux caladois - 14 juin 2019

      en effet c'est rigolo

  6. Beaunant - 14 juin 2019

    Nous avons une opportunité à construire un TER OUEST Lyonnais . Encore faut il que les querelles de clochers de nos élus s'accordent . Parlez en autour de vous

    détail du projet

    https://framacarte.org/fr/map/ter-ouest-lyonnais_37530#12/45.6665/4.7880

    L'UDI local a un projet similaire mais ils ne prennent pas en compte la liaison ferroviaire Givors canal - Brignais .

    Cette liaison permettrait de partager en 2 le trafic venant de St Etienne, de pouvoir offrir une alternative à ceux qui habite entre Givors et Brignais
    Autre évolution désenclaver le pont de Vernaison en créant une ligne (existante actuellement ) Vernaison vers Feyzin et Vénissieux mais par le train
    Les enjeux du réchauffement climatique commence par des projets comme ceci . De plus les emprises ferroviaires existent, il y a juste à les aménager.

    1. vieux caladois - 14 juin 2019

      sauf que...à part Givors et Brignais qui sont plutôt au sud-ouest de Lyon...cela existe déjà : cela s'appelle le tram-train desservant réellement l'ouest lyonnais à partir des gares St Paul et Gorge de Loup, et cela fonctionne très bien maintenant avec succès grâce à un cadencement important (environ 8000 voyageurs par jour) ; la question est le raccordement du réseau Givors-Brignais à ce réseau déjà existant car ce raccordement prévu depuis 2012 pour 2020 n'a pas été finalisé.

  7. Galapiat - 22 juin 2019

    Caladois, tu sais au moins que la liaison ferrée , Givors-Canal à Brignais est en friche , bizarrement TOUS les aménagements , A450, voie ferrée ne desservent pas Givors, Grigny , ils s'arrêtent à Brignais !!

    1. vieux caladois - 23 juin 2019

      c'est bien ce que j'ai écrit ! d'autant plus que je découvre que Wikipédia le dit aussi, annonçant "un projet évoqué pour 2020" et indiquant l'existence des voies abandonnées...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut