Article payant

Lyon : environnement, mobilités, urbanisme, nature en ville, les projets des Verts pour 2026

Nouveaux parcs, piétonisation de la presqu’île, diminution de la place des voitures, extension du stationnement payant, réseau express vélo ou rénovation thermique du patrimoine municipal. Voilà les grandes mesures des écologistes pour faire de Lyon une ville “apaisée”. Elles figureront dans le plan de mandat de 1,2 milliard d’euros qui sera soumis au vote lors du conseil municipal du 25 mars.

Lyon Capitale continue de vous présenter, dans le détail, le plan de mandat que Grégroy Doucet, le nouveau maire (EELV) de Lyon présentera en conseil municipal le 25 mars prochain. D’ici à 2026, sa majorité prévoit d’injecter 1,2 milliard d’euros pour faire de Lyon une ville plus verte et plus agréable à vivre. Découvrez ci-dessous les principaux projets concernant l’environnement, les mobilités, l’urbanisme et la nature en ville.

Une ville plus sobre

Avec une programmation pluriannuelle d’investissement de 1,2 milliard d’euros, Grégory Doucet et sa majorité veulent transposer leur slogan de campagne “le dernier mandat pour le climat”. Si le poste budgétaire dédié à l’environnement n’est pas le plus conséquent, il infuse dans toutes les actions que la collectivité entend mener lors de son mandat. La majorité municipale évoque la transition écologique comme “le fil conducteur”. Elle se fixe aussi la mission de donner l’exemple. Grégory Doucet va ainsi impulser un grand plan de rénovation du patrimoine municipal avec un double objectif : l’isoler thermiquement et le réhabiliter pour ne plus recourir systématiquement à la construction de nouveaux bâtiments. Cette sobriété est l’un des marqueurs forts de la nouvelle équipe municipale qui ne mésestime pas l’un de ses défauts : cette politique d’entretien n’est pas forcément visible des habitants. La ville de Lyon s’engage aussi à se fournir en électricité 100 % renouvelables et avec 25 % de gaz vert pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Elle prévoit aussi la création de 20 toits solaires. Les groupes électrogènes et les terrasses chauffées seront interdites d’ici la fin du mandat.

Une ville avec moins de voitures

Sans surprises, la nouvelle majorité écologiste veut significativement réduire la place de la voiture en ville et augmenter celle des modes doux. La ville va ainsi revoir sa politique en matière de stationnement en diminuant leur nombre pour végétaliser des rues tout en étendant les zones payantes et renforçant le nombre de contrôles. La municipalité veut aussi abaisser la vitesse à 30 km/h dans Lyon. Le plan de circulation sera aussi revu avec l’application de superblocks, une technique qui pourrait rendre les déplacements en voiture moins rapides. D’ici à 2026, la presqu’île sera piétonnisée, après une concertation, et chaque arrondissement verra une ou plusieurs artères piétonnisées. Le plan vélo se traduira par la création d’un réseau express vélo, une compétence de la métropole que la ville de Lyon va accompagner. Pour rendre la marche à pied plus agréable dans Lyon, la nouvelle majorité veut ombrager les parcours piétons les plus utilisés. La ville de Lyon veut aussi apporter la preuve que la logistique du dernier kilomètre, l’acheminement des produits des grands entrepôts vers le vendeur final, peut aussi être décarbonnée en misant sur les vélos-cargos ou le transport fluvial.

Il vous reste 38 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut