Lyon Capitale fête ses 27 ans

Il y a 27 ans, un nouvel hebdo faisait son arrivée dans les kiosques de la ville. "L'info bateau à Lyon, c'est terminé !" scandait la campagne de pub. En 2021, rien n'a changé.

"Depuis des années, les Lyonnais se plaignent de la pauvreté de l'écrit dans notre région, aujourd'hui les choses bougent, tout le monde ne peut que s'en réjouir." C'était en 1994, dans le premier numéro de Lyon Capitale, daté du mercredi 19 au mardi 25 octobre.

A l'époque, la PQR lyonnaise connaissait un marasme historique. C'était la première fois que Lyon se réveillait avec un seul canard à se mettre sous les yeux.
Pourtant, dans les années 80, le paysage était plus glorieux avec pas moins de six quotidiens lyonnais.

Les nouvelles expériences qui ont suivi s'orientaient vers un format hebdo, moins lourd à gérer, une réponse plus adaptée au marché lyonnais qui, apparemment, ne pouvait pas assurer la pérennité de tant de quotidiens.

Le 1er numéro de Lyon Capitale, octobre 1994

Vingt-sept ans ans plus tard, les choses ont un peu bougé. Le paysage lyonnais compte plusieurs mensuels et hebdos. Avec Internet - univers que Lyon Capitale a investi dès 1995, devenant l'un des pionniers de l'information web en France - l'offre s'est amplifiée.

Chacun se fait "la guerre" pour décrocher le scoop ou l'information de première main. Ces kilomètres d'écriture laissent penser que les Lyonnais aiment la presse.

Si Lyon Capitale, passé mensuel depuis sa reprise, en 2008, par Fiducial (un des leaders des services aux petites entreprises), est rythmé par l'actualité, c'est surtout la manière d'aborder les sujets qui le distingue.
Nous avons choisi l'analyse plus que le "flux", la qualité à la quantité, la réflexion à la précipitation.

L'écrit est toujours là. Les équipes ont changé, des journalistes sont passés. Mais l'esprit reste. Libres.
L'info bateau, c'est terminé.

 

 

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut