L’immeuble lyonnais de Bayer à la Confluence © Tim Douet
L’immeuble lyonnais de Bayer à la Confluence © Tim Douet
Article payant

Chimie, pharmacie : des Lyonnais à la manœuvre lobbyiste

Jean-Pierre Clamadieu chez Solvay et Pierre Courduroux chez Monsanto sont deux poids lourds du puissant lobby de la chimie.

Jean-Pierre Clamadieu. Ce nom ne vous dit probablement rien, pourtant il est devenu il y a quelques mois l’un des big boss du CAC 40. Choisi personnellement par Emmanuel Macron pour prendre la présidence d’Engie (ex-GDF Suez). Le chef de l’État a même proposé qu’il prenne en octobre la tête de l’Opéra de Paris. Un exemple supplémentaire du rapport décomplexé d’Emmanuel Macron avec les lobbys. Car, en plus d’être le directeur général du chimiste Solvay, le Chambérien Jean-Pierre Clamadieu, qui a grandi dans une cité SNCF de Lyon, a été aux avant-postes du Conseil européen de l’industrie chimique (Cefic), plus influent lobby de la chimie en Europe. Le 14 septembre dernier, Solvay a officialisé un investissement de 100 millions d’euros à Saint-Fons, où il compte bâtir “le plus grand centre mondial d’innovation et de technologie”, en repensant entièrement son site existant de 14 hectares. Le futur bâtiment, d’une superficie de 25 000 m2, livré en 2022, réunira un millier de personnes. Face à cet investissement colossal, le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, ne pouvait que se féliciter de “la relation de confiance” entretenue avec le groupe chimique et son PDG.

Il vous reste 90 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Bureaux du Parlement européen à Strasbourg en 2006 © Ilan Garzone / AFP
Que l’on ait été commissaire, député ou assistant parlementaire, le passage dans les institutions européennes est une précieuse monnaie d’échange dans le privé, notamment les cabinets de lobby. Plus que le traditionnel pantouflage de fin de course, les carrières européennes dans la bulle bruxelloise s’inscrivent de plus en plus dans ces allers-retours du public au privé. Des passerelles devenues de véritables “revolving doors”, portes tournantes poussant ceux qui les empruntent tantôt à influencer leurs collègues de la veille, tantôt à réguler les intérêts d’un ancien employeur.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut