Attendus depuis plus de 10 ans, les Ateliers de la Danse seront livrés fin 2025 dans le 8e arrondissement. (Crédit : Dominique-Coulon)

Les futurs Ateliers de la Danse de Lyon seront construits en pisé et livrés en 2025

Attendus depuis plus de 10 ans, les Ateliers de la Danse de Lyon devraient être livrés fin 2025, moyennant un investissement de 18 millions d’euros. Les visuels du bâtiment qui sera construit en pisé viennent d’être dévoilés. 

Devenus une véritable arlésienne à Lyon au fil des ans, après l’abandon de projets "pharaoniques" qui prévoyaient leur installation d’abord à Confluence puis dans le musée Guimet sous la mandature de Gérard Collomb, les Ateliers de la Danse ont finalement trouvé un point de chute dans le 8e arrondissement. En mars dernier, la mairie de Lyon avait ainsi révélé qu’ils seraient intégrés dans le projet de l’Îlot Kennedy, qui doit accueillir un nouveau groupe scolaire et un complexe sportif à l’horizon 2026. 

Lire aussi : Lyon : dans le 8e, le futur Ilot Kennedy se veut "un projet emblématique de la ville écologique"

Dans une certaine forme de logique, le projet cher à Dominique Hervieu, l'ex-directrice de la Maison de la Danse, verra donc le jour à seulement quelques centaines de mètres de cette institution dont il doit être complémentaire à partir de fin 2025.

Le hall intérieur du bâtiment accueillera notamment un bar et sera ouvert sur la grande salle et un studio construit en contre-bas (sur la droite du visuel). (Crédit : Dominique-Coulon)

Un pôle de création

Désormais confié à Tiago Guedes, le nouveau directeur de la Maison de la Danse, et à l’architecte Dominique Coulon le "projet avance", confirme Nathalie Perrin-Gilbert l’adjointe en charge de la culture. Les Ateliers de la Danse sont tout simplement le premier projet à avoir atterri sur le bureau de Tiago Guedes lors de sa prise de fonction en juillet, "c’est rare pour un directeur d’institution de débuter avec un projet comme celui-là, il n’y en a pas beaucoup comme ça dans le monde", confie le portugais qui a été tout à la fois danseur et chorégraphe. 

Les futures Ateliers de la Danse seront composés de plusieurs espaces traversants, en partie ouverts sur l'extérieur.

Ce nouveau lieu dédié aux pratiques artistiques devrait aussi servir de lieu d’expérimentation pour les étudiants lyonnais, sorte de marchepied entre les petites et les grandes institutions afin de favoriser l’éclosion de projets. "L’idée est de former un pôle de création et de diffusion chorégraphiques pour faire de Lyon une ville de la création", insiste Nathalie Perrin-Gilbert. 

Le projet, non définitif, de l'Ilot Kennedy dans le 8e arrondissement de Lyon. Celui-ci comprendra une école, une piscine avec un complexe sportif et les Ateliers de la Danse à l'horizon 2026. Montant du projet, 60 millions d'euros. (Image ville de Lyon)

Pour ce faire le site destiné aux professionnels, aux amateurs, mais aussi à l’éducation artistique pourra s’appuyer sur deux studios pouvant recevoir 100 et 40 personnes ainsi qu’une salle de "création-diffusion" d’une capacité de 450 spectateurs. Les espaces devraient être en partie modulables et même le toit pourra être utilisé comme espace de création artistique. 

La grande salle pourra accueillir jusqu'à 450 personnes pour des spectacles proposés sous différentes configurations : salle à plat, frontale, bi-frontale, traversant. (Crédit : Dominique Coulon)

 

Un chantier à 18,5 millions d'euros

Une proposition faite par l’architecte retenu pour mener à bien la construction du bâtiment, qui sera réalisé en pisé (terre crue), une méthode de construction emblématique de la région. Récemment médaillé d’or de l’Académie d’architecture française, Dominique Coulon assure que les futurs Ateliers de la Danse seront le "plus grand bâtiment en pisé de France. C’est une tradition à Lyon et cela nous a semblé important de travailler avec ce matériau. On aura des murs de 80 cm d’épaisseur, qui offriront un confort thermique pour la pratique de la danse". Pour construire les Ateliers de la Danse, l’agence Coulon & associés devrait s’appuyer sur le savoir-faire de plusieurs entreprises locales.

Tout en courbe avec ses parois orangées, le bâtiment qui devrait être relativement opaque sera tout de même équipé de grandes baies vitrées qui devraient donner à voir de l’extérieur le travail des danseurs. Le montant des travaux, qui doivent débuter au printemps 2024, est évalué à 18,5 millions d’euros, financés à hauteur de 6,5 millions d’euros par l’État. 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut