Inauguration de la manufacture des mobilités et de l’usine à vélos le 17 octobre à Villeurbanne. Crédit:Nolwenn Jaumouillé

Vélo : à Villeurbanne, la filière lyonnaise poursuit sa structuration

Les acteurs des "mobilités actives et douces" de la région disposent désormais d'un "lieu totem" à Villeurbanne, pour les aider à structurer la filière cycle locale.

C'est une nouvelle étape dans la construction d'une filière vélo lyonnaise et régionale. Depuis le 1er juin, une "manufacture des mobilités" a vu le jour au sein du "Grand Plateau", une ancienne usine achetée à Villeurbanne par la Métropole de Lyon et dont 8000m2 (sur 40 000) sont loués à bas prix pour 5 ans à l'écosystème vélo, dans une logique d'urbanisme transitoire.

Ce tiers-lieu, inauguré ce 17 octobre en présence du président de la métropole Bruno Bernard, ainsi que de ses vices-présidents Emeline Baume et Fabien Bagnon, vise à accueillir les acteurs du secteur afin de leur offrir un espace de synergie et d'échanges, à travers des espaces de prototypage, des espaces d'innovation et de rencontres. Il a vocation à être un lieu de "mutualisation des espaces et des outils pour les acteurs de la mobilité, de donner une meilleur visibilité à la filière et de favoriser son développement dans la région", comme l'explique Gustave Mercat, chef de projet de la manufacture.

Parmi les 10 résidents – et 50 salariés – qui ont déjà investi les lieux sur 2500m2, s'est notamment établie "l'usine à vélos", une coopérative – financée à hauteur de 420 000 euros par la région Auvergne Rhône-Alpes – qui regroupe 6 acteurs économiques souhaitant mutualiser leur appareil productif d'assemblage de cycles, avec l'ambition de devenir à terme un site de production de maillons de la chaîne du vélo, freins, pédales, dérailleurs – toujours dans l'objectif de relocaliser la production de vélos, dont la Région Rhône-Alpes et en particulier la ville de Saint-Etienne ont longtemps été un centre important.

Un réseau qui s'organise

Dans les mois à venir, la manufacture des mobilités entend continuer de croître : dès décembre, elle accueillera 10 structures supplémentaires, et 10 autres devraient rejoindre les lieux d'ici à la fin de l'été 2023 – au total, 150 salariés devraient être présents sur place. L'enjeu de création d'emploi est mis en avant par les acteurs et par la métropole, qui voient dans le vélo un fort levier de création d'insertion par l'emploi, qualifié et moins qualifié.

Ces initiatives s'inscrivent dans une volonté des acteurs régionaux du vélo de s'organiser en réseau, pour donner de la visibilité à la filière, y impulser l'innovation et la collaboration : nombre d'entre eux se sont ainsi fédérés en 2019 au sein d'un cluster baptisé MAD (Mobilité Active et Durable). Depuis le 1er janvier 2022, MAD a intégré le pôle de compétitivité régional CARA, qui regroupe toutes les filières du transport pour en "accompagner les mutations", devenant alors CARA Active Mobility.

Pour rappel, la région Auvergne-Rhône-Alpes représente la 1ère région française dans l'emploi dans la filière mobilité et micromobilité, et le département du Rhône compte par ailleurs 24% des établissements de la filière vélo française.

 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut