Roger Kisby/Getty Images for Palms Casino Resort /AFP

Les discothèques peuvent rouvrir aujourd’hui à Lyon, ce qu’il faut savoir avant de sortir ce soir

Seize mois après leur fermeture, les discothèques lyonnaises sont autorisées à rouvrir leurs portes à partir de ce vendredi 9 juillet. Toutefois, selon le ministre de la Santé seulement "30 %" des établissements français devraient relancer leur activité ce soir, en raison d’un protocole sanitaire très strict. En effet, pour accéder aux boîtes de nuit la présentation d’un pass sanitaire sera exigée aux clients. 

Dès ce soir, les discothèques lyonnaises auront l’autorisation de rouvrir leurs portes, près de 16 mois après leur fermeture, en raison de la crise sanitaire. Toutefois, comme le ministre de la Santé a tenu à le rappeler ce matin lors d’une intervention sur France Inter, "ce n'est pas la réouverture des boîtes de nuit, c'est la réouverture de 30 % des discothèques parce que 70 % ne pouvaient pas appliquer le protocole sanitaire". 

Très strict, celui-ci autorise les établissements de nuit à accueillir des clients, mais à seulement 75 % de leur capacité habituelle. Et surtout, les fêtards devront présenter un pass sanitaire pour franchir la porte des discothèques, à partir du moment où elles accueillent plus de 50 personnes. Pour pouvoir aller danser dès ce soir, il faudra ainsi être en mesure de présenter un certificat vaccinal complet depuis au moins 15 jours, ou avoir en sa possession un test antigénique ou PCR négatif de moins de 48 heures. La preuve d’une contamination au Covid-19 dans les six derniers mois et datant de plus de 15 jours est aussi acceptée. Pour rappel, si le port du masque n'est pas obligatoire à l'intérieur, il reste "fortement recommandé".

Lire aussi : Réouverture des discothèques : à qui appartiennent les nuits de Lyon ?

Il devrait également être possible de se faire tester à l’entrée de certaines boîtes de nuit. "Des médecins, des pharmaciens ou des étudiants payés par l’État seront mis à disposition par la société Pharnum [logistique et RH dans le domaine de la santé, NdlR], et opéreront dans des barnums à l’entrée des établissements", déclarait dans nos colonnes Thierry Fontaine, patron national de la nuit à l’Umih et gérant du Loft Club et de L’Enjoy Social-Club à Lyon.

Contactés, les services de l'ARS nous ont expliqué que "les équipes de médiateurs de la Lutte Anti-Covid, qui peuvent être mobilisés par l'ARS pour des opérations de dépistage ou de prévention, ne le sont pas aux abords des discothèques à Lyon".

La menace du variant Delta

Ce vendredi matin, le gouvernement a prévenu que "de nombreux contrôles" seraient réalisés et que si "un établissement ne respecte pas le cadre fixé, il pourra faire l’objet d’une fermeture administrative". Du côté de la préfecture du Rhône, on confirmait ce vendredi après-midi que des "tournées de contrôle" seraient bien opérées ce soir, pour s'assurer du respect du protocole sanitaire.

Le ministre de la Santé précisait aussi que "s’il y a des clusters, cela apparaîtra comme le nez au milieu du visage. On saura faire le tracing et remonter les cas, il y aura des contrôles et des sanctions le cas échéant". Sur France Inter, Olivier Véran n’a d’ailleurs pas hésité en déclarant que s’il "fallait revenir en arrière parce que les choses se passaient mal nous prendrions nos responsabilités".

Lire aussi : Covid-19 : le nombre de nouveaux cas augmente (aussi) à Lyon, la bataille des autorités pour la vaccination, décryptage

Le respect du protocole sanitaire sera d’autant plus scruté par les autorités et les forces de l’ordre, alors que plane la menace du variant Delta, qui représente désormais près de la moitié des cas positifs dans le Rhône. En Espagne, le gouvernement de Catalogne a par exemple annoncé la fermeture pour deux semaines des bars et discothèques en intérieur.

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut