photo issue du communiqué de presse

Les bons chiffres du tourisme estival dans la métropole de Lyon

Cet été, la métropole de Lyon a retrouvé des taux de fréquentation pré-Covid.

La période post-Covid effrayait les professionnels lyonnais. Pourtant, la région a quasiment retrouvé cette année les mêmes fréquentations qu’en 2019, année de la Coupe du Monde Féminine de Football. 

En juillet, les taux d’occupation dans l’hôtellerie étaient de 71,2%, c’est-à-dire en hausse de 20 points par rapport à 2021. En août, c’est une augmentation de 6 points  qui a été relevée par rapport à l’année dernière, avec un pourcentage d’occupation de 62,9%. 


"Le retour des Américains est également une bonne chose pour notre secteur. Nous espérons désormais que le retour de la clientèle asiatique puisse se faire rapidement."
Philippe Dalaudière, présent de la branche hôtelière de l’Umih du Rhône 


Les Français, qui occupent 60% de la clientèle des établissements hôteliers de la région lyonnaise, ne sont pas les seuls à faire marcher le tourisme. Les étrangers constituent 40% de la clientèle globale, notamment les Espagnols, les Suisses et les Américains dont le pourcentage de fréquentation du territoire est équivalent ou supérieur à celui de 2019. Cependant, les Japonais et les Anglais n’ont pas souhaité revenir dans la capitale des Gaules cet été. 

Dans une démarche de tourisme plus responsable, l’Office de tourisme a élargi sa gamme d’offres en proposant de nouvelles activités telles que les jeux de pistes de "Ludilyon" ou encore les visites guidées de "Raconte-moi Lyon". 

La visite du Vieux-Lyon en 1 heure est le vrai coup de coeur des touristes, la sortie ayant rassemblée plus d’un millier de personnes. Ce succès est notamment dû à une nouvelle proposition réformée : une visite guidée d’une heure, un format plus inclusif et adapté à la météo. 


"Nous avons su faire face à la pénurie de personnel en modifiant nos habitudes, et nous nous en félicitons. Maintenant, nous avons besoin du retour de la clientèle locale pour rebondir sur la période d’avant covid."
Thibault Salvat, président de la branche restauration de l’Umih du Rhône 


Ce n’est pas pour autant que les anciennes place to be ont été oubliées. Le musée des Confluences a vu sa fréquentation enregistrer record en juillet avec 55 000 visiteurs, dont 86% de clientèle française, contre 70% en 2019. De la même façon, l’aquarium de Lyon a relevé une augmentation de 22% de ses visiteurs au mois de juillet par rapport à la même période en 2019. 

En somme, la saison estivale lyonnaise 2022 a été une réussite et Robert Revat, président d'OnlyLyon Tourisme et Congrès, s’en réjouit. "Tous les efforts fournis ces derniers mois ont porté leurs fruits et le dynamisme des sociaux-professionnels nous réjouit au plus haut point". 


"L’année 2022 est l’année du rebond sur l’ensemble de nos sites lyonnais, avec comme dénominateur commun, le plaisir de se retrouver sur nos manifestations que ce soit salons, congrès et événements d’entreprises."
Anne-Marie Baezner, Directrice général GL Events Venues Auvergne Rhône-Alpes
 


Ces chiffres ne risquent pas de s’essouffler en cette fin d'année. Septembre 2022 confirme le retour en force du tourisme d’affaires et de loisirs à Lyon avec une dizaine de congrès européens. 

Fin septembre, trois événements en une semaine seront en vogue à Lyon : Preventica, Patrimonia et le Congrès des HLM. L’impact sur l’hôtellerie devrait être important puisque le niveau de réservation frôle les 80 % sur ces dates contre 72,10% l’année dernière. 

La Biennale d’Art Contemporain débutera le 14 septembre, le Royal Deluxe à Villeurbanne se déroulera du 23 ou 25 septembre et l’exposition Toutankhamon se tiendra à la Sucrière à partir du 29 septembre, promettent de faire parler de la métropole de Lyon, bien au-delà de ses frontières.. 

Lire aussi : Tourisme : à Lyon, les perspectives sont très bonnes pour cet été, décryptage

Lire aussi : Biennale d’art contemporain de Lyon : les premières images des œuvres au musée Guimet

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut