métro oullins
©Elise Julliard

Le réseau TCL gratuit à Lyon ? Pour une association d’usagers, c’est non

Et si le réseau TCL devenait gratuit à Lyon ? Le Sytral avait commandé une étude sur le sujet en juillet. Pour une importante association d’usagers, Déplacements Citoyens, une éventuelle gratuité serait contre-productive.

Le réseau TCL gratuit à Lyon ? C’est non selon les conclusions d’une étude indépendante et externe commandée par le Sytral au Laboratoire aménagement économie transports (LAET). C’est non aussi pour une importante association d’usagers, Déplacements Citoyens.

Le débat n’a pas fini d’alimenter les discussions, alors que les élections municipales et métropolitaines arrivent à grands pas, en mars 2020.

"Ce serait un report ailleurs, notamment sur l’impôt"

"Indépendamment des conclusions du rapport publié par le Sytral en juillet 2019, Déplacements Citoyens a  toujours été favorable  à ce que les usagers participent au financement des Transports en Commun Lyonnais, tout en approuvant des tarifs sociaux réduits ou très réduits pour certaines catégories", explique le président de l’association Déplacements Citoyens, Jean Murard, dans un communiqué.

"Ce qu'on appelle la "gratuité" n'est pas de la gratuité (les salariés assurant le service des TCL ne sont pas des bénévoles). Ce serait un report ailleurs, notamment sur l'impôt, des besoins de financement du réseau. Non à des transports au commun au rabais, et à la gratuité pour les usagers. Oui à un service TCL toujours plus large et plus efficace, avec une participation des usagers à son financement", poursuit le communiqué.

Selon une étude, la gratuité des TCL nuirait à la qualité du réseau

Les conclusions de l’étude commandée par le Sytral au Laboratoire aménagement économie transports (LAET) sont du même ordre. Selon le groupe de chercheurs, la gratuité des TCL nuirait à la qualité du réseau, pourrait même entraîner sa dégradation. La gratuité aurait seulement un impact réduit sur la réduction de la voiture en ville et elle se ferait au détriment du vélo et de la marche à pied. Elle freinerait aussi les investissements et obligerait les collectivités à augmenter grandement leur participation financière à la politique des transports.

"Ce rapport permet aussi à chacun d'être mis face à ses responsabilités, vous pourrez faire des choix en connaissance de cause en matière de gratuité, vous savez ce qu’il en est, ce qu’il peut coûter en matière de compensations financières, de dégradation de l’offre et d'investissements d'avenir. Il n'y a rien de gratuit, c'est juste un report de financement", avait expliqué la présidente du Sytral, Fouziya Bouzerda, après la conclusion de l'étude.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut