Le pape, la capote et les médias

Dans un éditorial -non signé- paru à la une du Monde daté du mardi 23 novembre et intitulé “Le pape, la sexualité et les lois de l’Église”, le journaliste semble découvrir une prétendue évolution de Benoît XVI sur le préservatif, à l’occasion de la publication d’un livre d’entretiens, livre dans lequel le souverain pontife affirme : “dans certains cas, quand l’intention est de réduire le risque de contamination, cela peut (…) être un premier pas pour ouvrir la voie à une sexualité plus humaine, vécue autrement”. En réalité, le pape n’a pas varié d’un iota, exprimant avec constance toujours les mêmes convictions. Encore faut-il décrypter ses propos et ne pas se contenter de citations tronquées. Plus grave, le journaliste fait un rapprochement entre cette question et celle “du scandale des prêtres pédophiles”, que l’Église “a trop longtemps couverts”. Bien entendu, il ne s’agit pas de trouver la moindre excuse à cet état de fait et après cette condamnation tardive, il conviendrait maintenant que l’Église apportât une réponse adaptée à ce douloureux problème, en autorisant notamment le mariage des prêtres. Mais plus que de longs discours, nous publions aujourd’hui, sans en changer une virgule, l’éditorial paru en avril 2009 dans la version magazine de Lyon Capitale. Dans lequel nous prédisions déjà, au passage, le retour d’Alain Juppé.

Le pape peut-il être progressiste ?

(éditorial paru dans Lyon Capitale n° 677 d’avril 2009)

Les propos tenus par Benoît XVI au cours d’un voyage en Afrique ont provoqué un tollé en France, en même temps que la consternation des acteurs de la lutte contre le sida. Comme beaucoup, j’ai été sonné par la formule rapportée en boucle par l’ensemble des médias : “le préservatif aggrave le sida”. Même si, précisons-le tout de suite, je n’ai jamais attendu d’un pape qu’il psalmodie dans toutes les langues, le dimanche de Pâques, le leitmotiv de Eyes Wide Shut. Du style : “il ne nous reste qu’une chose à faire : baiser ! A vos capotes ! Urbi et Orbi !”.

La polémique prenant de l’ampleur, je me suis surpris à aller plus loin et à rechercher ce que Benoît XVI avait dit précisément. Voici la citation : “je dirais que l’on ne peut vaincre le sida uniquement avec des slogans publicitaires. S’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème. On ne peut trouver la solution que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité (… ) et le second, une amitié vraie, surtout envers ceux qui souffrent”.

Replacer des bribes de phrases dans leur contexte et tenter de garder intact son esprit critique est définitivement un bon exercice ! Tout ça pour ça ? ! Où est la révolution ? Rien de nouveau sur le fond, si ce n’est cet appel à la responsabilisation en matière de rapports sexuels, quand l’Église se bornait jusqu’ici à prôner l’abstinence (une sorte de mensonge par omission), sans jamais prononcer le mot tabou : “préservatif”. En dépit de cette incise sur le temporel, il ne faut pas perdre de vue que le pape est le garant suprême du dogme catholique*, dans lequel la foi se confond totalement avec les croyances : une vérité fondamentale, incontestable et intangible, qui par essence ne peut se renier. A la différence de la pensée protestante -l’Eglise doit se réformer sans cesse- le pape, lui, ne peut se tromper : il est “infaillible”.

Si critiquables que soient ses propos, si décalés qu’ils peuvent paraître à l’aune du seul rationalisme et si anachroniques en 2009, le souverain pontife ne peut donc les “retirer” comme l’ont demandé d’éminentes personnalités dans une lettre ouverte. Benoît XVI ne vit pas non plus “dans un autisme total”, comme l’a affirmé un peu vite Alain Juppé : il est au contraire pleinement dans son rôle et dans sa fonction quand il prône “un renouveau spirituel et humain impliquant une nouvelle façon de se comporter l’un envers l’autre”. Le pape défend un idéal soustrait à l’emprise du temps, dans un monde qui peine déjà à vivre ici et maintenant.

Sur le terrain, en Afrique, en Asie comme en Amérique latine, la position de l’Eglise est généralement plus nuancée. De nombreux croyants -et même de prêtres- de tous continents sont choqués par le côté froidement “doctrinaire” du successeur de Jean-Paul II, lequel n’était guère plus libéral mais savait choisir les mots et les symboles pour toucher le cœur des hommes, pratiquants ou simples “catholiques par défaut”. La lettre contre l’esprit ? Ou une certaine illusion entretenue par une communication bien huilée au saint chrême ?

Une confusion des genres et de la pensée

En France, ces débats sont normalement tranchés depuis plus d’un siècle ! Car malgré quelques tentatives présidentielles de remise en cause, notre pays est encore celui de la laïcité, concept original qui garantit l’absolue liberté de conscience : il ne s’agit plus de combattre les religions ni d’en faire l’exégèse mais d’empêcher notamment qu’elles n’interfèrent avec le politique.

Or, la laïcité fonctionne dans les deux sens : en participant à l’emballement médiatique, notre ancien Premier ministre a offert un écho inattendu à des opinions qui n’auraient jamais dû investir le champ républicain. Sans compter que cet engouement soudain pour l’Afrique, servi par une violence verbale inédite, est plutôt suspect dans la bouche de notre homme d’Etat, qui nous avait habitués à plus de recul. L’occasion bénie de surfer sur l’opinion pour tenter un come-back politique plus moderne que moderne ? C’est hélas ce qui vient immédiatement à l’esprit.

Lisons un instant Blaise Compaoré, président du Burkina Faso et du Comité national de lutte contre le sida : “en France, l’intelligentsia ne comprend pas cette proximité avec les responsables catholiques. Chez nous, l’Église est d’abord synonyme d’écoles et de dispensaires (… ). Le débat sur le préservatif, tel que vous le présentez, ne nous concerne pas”.

De tels propos pourraient conduire certains de nos politiques à davantage d’humilité et de retenue : l’Occident en général et la France en particulier ne sont pas le centre du monde, qui d’ailleurs n’en a pas ! Il faut cesser de prendre les Africains pour des canards sauvages !

Plutôt que de jouer les Peppone du XXIe siècle et de gloser sur ce que n’aurait pas dû faire ou dire Benoît XVI, le maire de Bordeaux, dont la voix porte encore, pourrait à l’avenir user de son influence pour l’accès aux soins en Afrique (là est le véritable scandale) ou pour réclamer à sa majorité une hausse des crédits de la recherche contre le sida. Et en bon républicain, ne rien attendre du pape. Chacun son rôle, chacun sa “mission” et Dieu, s’il existe, reconnaîtra les siens. Rien ne l' empêche non plus, après sa tentation de Venise, de prendre son bâton de pèlerin et de céder à la tentation de Yaoundé : les ONG n’attendent pas seulement “la bonne parole” mais la bonne action au bon endroit.

On connaissait la lessive qui enlève la tache cachée dans le nœud du torchon. Juppé vient de découvrir la capote qui enlève le péché du monde.

*Dans la tradition catholique, l’Église est “le corps vivant du Christ”. L’unité du dogme est par conséquent fondamentale. Toute atteinte à cette unité est une blessure infligée au corps du Christ, donc un “sacrilège”.

Didier Maïsto,
Directeur de la publication

à lire également
Montage Wauquiez Bonnell NE PAS REUTILISER
Ce qu’il est convenu d’appeler le “Wauquiezgate” n’en finit plus de faire des vagues. Ce matin, sur l’antenne de Sud Radio, Matthieu Orphelin, député LREM du Maine-et-Loire, est allé jusqu’à demander la démission du président du parti Les Républicains.
4 commentaires
  1. reglisse - 23 novembre 2010

    Je n ai pas lu l'article p

  2. reglisse - 23 novembre 2010

    Oups!!!!! Désolée pour le premier comm parti trop vite!!!! Je n ai pas lu l'article paru dans le Monde mais j'ai entendu parlé du livre du Pape....Entre nous, je n'y accorde que peu d'intérêt, mais je trouverai normal de parler normalement de préservatif sans que ce soit un sujet tabou.De plus, prôner le préservatif ce n est pas prôner une sexualité débridée bien au contraire......

  3. jerome manin - 23 novembre 2010

    'Oups!!!!! Désolée pour le premier [...] parti trop vite!!!!' S'agit-il d'une sursimulation précoce ou d'un capotage technique ?(Note : aucun avis de part, juste le plaisir du jeu... des mots)

  4. reglisse - 23 novembre 2010

    Vous faites bien de vous amuser Jérôme.....Nous avons trop peu l'occasion de sourire de tout et de rien

  5. Martin de Givors - 24 novembre 2010

    Je suis non croyant, mais tolérant à l'égard des croyants et je souhaiterai la réprocité... Je pense par ailleurs que l'immense majorité de la population se fiche royalement des états d'âme de ce petit vieux qui s'habille en vieille femme et qui porte un bien curieux couvre chef...En forme de double préservatif...Je pense aussi que le clergé de base qui officie avec beaucoup de difficulté, pour faire face à l'extrême misère des populations en Afrique et ailleurs dans le monde, mérite plus d'attention et de compassion que ce vieux Hiérarque de l'église catholique.

  6. mezig - 1 janvier 2011

    le préservatif coûte moins cher.

  7. mezig - 1 janvier 2011

    En france l'eglise est faite de mots donc d'agora ou de politique; c'est vieux comme Hérode cette connaissance; Nous n'avons pas attendu l'Afrique des Gds lacs dans nos tablettes pour ce savoir.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut