Le chômage explose en Rhône-Alpes

Après des mois de progression modérée, le chômage explose en Rhône-Alpes : + 1,5 % en mars.

Alors que le chômage connaissait jusqu’ici une progression modérée en Rhône-Alpes, il a littéralement explosé en mars : + 1,5 % contre 1,2 % nationalement. Cette hausse, qui intervient pour le 23e mois consécutif, est la plus forte depuis octobre 2012. L’aggravation du chômage a touché toutes les catégories de demandeurs d’emploi, mais surtout les jeunes hommes (+ 2,3 % contre + 1,1 % pour les jeunes femmes). L’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi a affecté tous les départements de la région, mais plus particulièrement l’Isère, le Rhône (+ 1,9 % chacun) et la Loire (+ 1,5 %). À l’opposé, la Savoie et la Haute-Savoie sont les départements les moins touchés de la région : respectivement + 0,2 % et + 0,5 %.
“Ces évolutions interviennent dans un contexte de stagnation de l’activité en mars dans la plupart des secteurs de l’industrie et dans les services marchands”, précise la préfecture, qui souligne que “l’activité enregistre un léger recul dans le bâtiment”.

Le chômage de longue durée (163 145 personnes concernées à la fin mars) continue de croître à un rythme soutenu : + 1,2 % sur un mois et + 17,1 % sur un an. Il se fait aussi plus important par rapport à l'ensemble. D’une année sur l’autre, la part des chômeurs inscrits depuis plus d’1 an augmente de 2 points, passant entre mars 2012 et mars 2013 de 35,2 % à 37,2 %.

à lire également
L’Hôtel-Dieu rénové vu du Rhône © Tim Douet, 2018
Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’emploi salarié a « légèrement ralenti » au premier semestre. L’intérim revient en force, le chômage reste stable, l’activité hôtelière se porte mieux qu’en 2018. Voici ce qu’il faut retenir de la conjoncture économique du premier semestre de 2019 dans la région. 
1 commentaire
  1. LYOCAL - 26 avril 2013

    C'était mieux avant cette usine à gaz A peine née, cette belle initiative a d'ailleurs failli mourir, victime de son succès. Alertés par les télés, les chômeurs alsaciens se sont précipités sur leur téléphone. Incapable d'absorber cet aflux de coups de fil, la ligne, au bout de cinq sonneries, les renvoyait vers un centre d'appels basé à Freiburgs puis, quand celui-ci saturait, vers un autre, où les employés allemands ignoraient jusqu'à l'existence de la nouvelle structure. On le jure, à Pôle emploi : tout ça, c'est de l'histoire ancienne

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut