La ville de Lyon signe ce samedi l'Appel des villes contre les armes nucléaires

La ville de Lyon signera ce samedi 26 septembre l'Appel des villes contre les armes nucléaires, qui compte déjà plus de 400 villes dans le monde.

En 2013, la date du 26 septembre a été sacrée "journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires" par l'ONU. Sept ans plus tard, la ville de Lyon vient s'ajouter aux plus de 400 villes dans le monde ayant déjà affiché leur opposition aux armes nucléaires. Ce samedi 26 septembre, dans le cadre de la Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires (ICAN), Sonia Zdorovtzoff, adjointe au maire de Lyon déléguée aux Relations et coopérations internationales, signera au nom de Grégory Doucet l'Appel des villes contre les armes nucléaires.

"Ces armes sont conçues pour cibler prioritairement les zones fortement peuplées que sont les villes : il est donc légitime qu’en tant que collectivité, nous nous élevions contre cette menace à la fois humanitaire et environnementale, a-t-elle déclaré. Cette signature est une nouvelle manifestation de l'engagement de notre ville à œuvrer en faveur de la sécurité des populations, partout dans le monde. C’est aussi une belle manière de saluer l’utilité du multilatéralisme et le 75e anniversaire de l'Organisation des Nations Unies."

Dans le Rhône, Béatrice Delorme, la maire de Saint-Germain-au-Mont-d'Or, a également annoncé son intention de signer l'Appel des villes. Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, la ville de Grenoble est déjà signataire depuis 2019. Au total, au 26 septembre 2020 on recensera donc 28 villes françaises opposées aux armes nucléaires, et plus de 400 dans le monde.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut