La lampe Bergé, lumière du monde

Alors que François Hollande a reconnu hier, mardi 20 novembre, "la liberté de conscience" aux maires qui ne voudraient pas célébrer les mariages gays, Pierre Bergé réagissait ce matin sur France Info, donnant à la France entière une leçon matinale d’intelligence. Fiat lux et caput radiatum.

Pierre Bergé n’a pas hésité en effet à fustiger non seulement les maires de France, les accusant d’être des personnes stupides et dénuées de tout courage, mais il s’en est pris également aux millions de Français ne partageant pas son avis, les qualifiant de réactionnaires. Enfin, tout en défendant l’idée que l’important était que les choses avancent et que la loi sur le mariage pour tous finisse par être votée, il a souligné que l’on ne pouvait pas "devenir intelligent en une seule fois".

Du coup, je me suis repassé en boucle le podcast de France Info. Histoire de mesurer mes progrès en QI. Car une angoisse m’a étreint : et si c’était vrai, comme l’écrit l’immense penseur Marc Lévy ? Et si Pierre Bergé avait raison ? Et si, quand on ne partageait pas son avis, on était forcément stupide, lâche et réactionnaire ?

Oui, je l’avoue et le reconnais humblement : je suis stupide. Je n’ai jamais soutenu Ségolène Royal et je n’ai jamais regretté m’occuper d’un journal, même quand les articles qui y étaient publiés pouvaient heurter mes convictions.

Oui, je l’avoue et le reconnais humblement : je suis lâche. Je n’ai jamais osé dire publiquement que je préférais le poulpe ail et persil au caviar de chez Prunier, et Petit Bateau à Saint-Laurent Rive Gauche.

Oui, je l’avoue et le reconnais humblement : je suis réactionnaire. Si je me suis déjà rendu à la Fête de l’Huma pour assister à des concerts avec des copines lesbiennes, je n’ai jamais eu d’expérience homosexuelle et demeure désespérément hétéro.

Je vais écouter Pierre Bergé en podcast, encore et encore -il paraît que rien ne résiste à l’effort continu, je finirai peut-être par devenir, mais en plusieurs fois, intelligent, courageux et progressiste. En attendant cet auguste miracle, celui qui fut nommé Grand Mécène des Arts et de la Culture en 2001 pourrait assurément verser quelques millions d’euros à Jimmy Wales, le fondateur de Wikipédia. M’est avis que ça aiderait bien à ce que la notice de celui-là, http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Berg%C3%A9 accusé de ne pas citer "suffisamment ses sources", passe de l’hagiographie à l’universalisme. Il serait dommage de priver le monde d’une telle lumière.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut