Lyon 1 – Campus de la Doua © Université de Lyon
Lyon 1 – Campus de la Doua © Université de Lyon

Etudiant immolé à Lyon : des rassemblements dans toute la France mardi

Des rassemblements devant les Crous sont prévus dans toute la France mardi. Vendredi, à Lyon, un étudiant de 22 ans s’est immolé devant un bâtiment du Crous.

Un étudiant de 22 ans de l'Université Lyon 2, originaire de Saint-Etienne, s'est immolé vendredi après-midi devant un bâtiment du Crous, à Lyon (7e arrondissement). Grièvement blessé, gravement brûlé, il est entre la vie et la mort. Le jeune homme était membre du syndicat étudiant "Solidaires étudiants Lyon". Il a laissé un message sur Facebook avant de s’immoler. C'est un acte aussi politique.

Ce drame a ému la communauté étudiante. Et pas seulement. "Aujourd'hui, je vais commettre l'irréparable. Si je vise le bâtiment du Crous à Lyon, ce n'est pas un hasard, je vise un lieu politique, le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, et par extension le gouvernement", a-t-il notamment écrit.

"Des rassemblements contre la précarité étudiante"

Le syndicat "Solidaires étudiants" a appelé à des rassemblements devant les Crous de France mardi 12 novembre. Cet appel a été suivi et relayé par plusieurs autres organisations, étudiantes mais pas seulement. A Lyon, le rassemblement est prévu mardi à 10h devant le siège du Crous de l'académie de Lyon, rue de la Madeleine, à quelques mètres du lieu où le jeune étudiant de 22 ans s’est immolé vendredi après-midi.

Des rassemblements sont également prévus dans de nombreuses villes. Avec, à chaque fois, des appels à rassemblement devant les Crous. "Des rassemblements contre la précarité étudiante", expliquent les syndicats.

L'université Lyon 2 indique également qu'une cellule d'écoute sera mise en place mardi à 14h au campus Porte des Alpes, à Bron.

Lire aussi : Lyon : l'étudiant qui s'est immolé en pleine rue, un acte aussi politique

à lire également
5 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 11 novembre 2019

    Une société ne peut pas s'en sortir par le haut, tant que le fric gérera l'accès aux connaissances et au reste.
    C'est moins pire que dans d'autres pays, mais au final, si vous n'êtes pas " né " dans une famille ayant les moyens, l'accès à beaucoup de choses vous sont interdites.

  2. JANUS - 11 novembre 2019

    Abo / le chouchou de lyoncapitale

  3. val - 11 novembre 2019

    ... réagir à la violence de la société par une violence sur soi ...

  4. raslebol69 - 11 novembre 2019

    Tripler sa seconde année de licence (après avoir eu 3 ans de bourse) ce n'est pas faire preuve de beaucoup d'effort pour y arriver. Des droits, mais aussi des devoirs. Et combien d'étudiants y arrive sans bourse et sans que la famille soit en mesure de les aider (donc en ayant un travail "vivrier" au minimum à mi-temps et en n'ayant pas des tarifs réduits au CROUS).

    1. vieux caladois - 11 novembre 2019

      comme je l'ai souligné par ailleurs, l'organisation à laquelle il appartient s'appelle Solidaires et il est incompréhensible qu'ils n'aient rien fait pour lui !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut