faits divers
Véhicule de pompier © Tim Douet

Lyon : l'étudiant qui s'est immolé en pleine rue, un acte aussi politique

Terrible drame, vendredi après-midi, devant un bâtiment du Crous, dans le 7e arrondissement de Lyon. Un étudiant de 22 ans s'est immolé par le feu. Il est ce samedi entre la vie et la mort. C'est un acte aussi politique.

Quel drame. Un étudiant de 22 ans, originaire de Saint-Etienne, s'est immolé par le feu vendredi après-midi à Lyon. Grièvement blessé, gravement brûlé, il a été transporté en urgence au service des grands brûlés de l'hôpital Edouard Herriot, dans le 3e arrondissement de Lyon.

Samedi matin, il était encore entre la vie et la mort. 90 % de son corps serait brûlé, selon les pompiers. Le jeune homme, 22 ans, était membre du syndicat étudiant "Solidaires étudiants Lyon". C'est un acte aussi politique. Le jeune homme s'est immolé devant un bâtiment du Crous, rue Garibaldi, dans le 7e arrondissement.

"Ce n'est pas un hasard si je vise le Crous"

"Aujourd'hui, je vais commettre l'irréparable, a écrit l'étudiant sur Facebook. Si je vise le bâtiment du Crous à Lyon, ce n'est pas un hasard, je vise un lieu politique, le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, et par extension le gouvernement". "J'accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l'UE de m'avoir tué, en créant des incertitudes sur l'avenir de tous, j'accuse aussi Le Pen et les éditorialistes d'avoir créé des peurs plus que secondaires", a-t-il notamment ajouté.

Un geste profondément politique

Ce samedi, le syndicat dans lequel il milite, "Solidaires étudiants Lyon", a réagi par communiqué : "La précarité détruit nos vies. Depuis vendredi après-midi, un de nos camarades et ami est entre la vie et la mort, à l’hôpital. En grande précarité financière, privé de bourse, désespéré, il s'est immolé par le feu devant le bâtiment du CROUS de Lyon. Nous n'avons pas suffisamment de mots pour crier notre douleur et notre tristesse. Notre dégoût, aussi, à l'égard de ces institutions qui l'ont poussé à l'irréparable, comme il l'a expliqué dans un message poignant".

"Car ce sont bien ces institutions inhumaines, cette précarité, cette violence trop commune que l'Etat et l'Université exercent contre les étudiant-e-s dans l'indifférence générale qui ont guidé son geste, profondément politique, acte désespéré mais aussi et surtout geste de lutte contre un système fascisant et raciste qui broie. Elles sont à ce titre responsables et coupables", poursuit le syndicat.

10 commentaires
  1. JM Jundt - 9 novembre 2019

    Politique.. à ce niveau il y a un problème psychologique d'abord. Il faut être gilet jaune ou insoumis pour croire que le salaire à vie garanti et même sans travailler est une revendication cohérente 🤔 Désolé de souligner cela dans un cas aussi dramatique.

  2. benplay69009 - 9 novembre 2019

    jm jundt
    ne melange pas les gilets jaune (qui boss en étant sous payés) et les insoumis qui sont un partie politique de fainéants fachistes contre le bon sens et la morale merci

  3. Abolition_de_la_monnaie - 9 novembre 2019

    L'observatoire de la pauvreté est supprimé par le régime LREM de Macron soutenu par Gérard Collomb.
    .
    Ce jeune a fait un geste incroyable, et qu'est-ce qui a motivé son geste ?
    Tous les grands médias ont apparemment fait le blackout sur ce geste. Pourquoi ?
    N'oublions pas ce geste. Jamais.

    1. JANUS - 10 novembre 2019

      Abo / Qui a voté pour Macron ex ministre de l'économie du gouvernement socialiste de Hollande ?

      1. Abolition_de_la_monnaie - 10 novembre 2019

        @Janus : ceux qui ne veulent pas perdre leurs avantages ? cad les conservateurs ?

  4. vieux caladois - 9 novembre 2019

    communiqué de Solidaires étudiants Lyon ; "En grande précarité financière, privé de bourse, désespéré, il s'est immolé par le feu devant le bâtiment du CROUS de Lyon"
    et ils n'ont RIEN fait ? quand on se proclame solidaire on assume à 100 % pour aider la personne en détresse ; je suis bien placé pour le savoir ayant eu à assumer cela à plusieurs reprises (dont un cas dramatique) ! ou alors il ne faut pas qu'ils s'intitulent ainsi...

  5. paul-chabert-dhieres - 10 novembre 2019

    protégeons la cellule familiale et montrons à nos proches que nous les aimons.

  6. JANUS - 10 novembre 2019

    Il a chois sa mort. Beaucoup ne veulent pas voir qu'on n'est plus dans les années 80/90: tout à crédit y compris l'état.
    La start up nation de Jupiter va se réveiller avec un fort mal de tête et pire sur le marché de l'emploi qui ne durera de 25 ans à 45 ans !

  7. raslebol69 - 10 novembre 2019

    Dramatique, mais étant non pas en redoublement mais en TRIPLEMENT de sa seconde année de licence (sachant que le passage de 1ere en 2nde année est quasiment automatique), il est clair qu'il y a au départ un problème de réorientation (mais cela ne peut pas être imposé). Il s'agit d'un suicide (chaque jour il y en a d'autres en France), un acte personnel, et il est trop facile de résumer cela à la faute du système.

  8. EtudiantTousEnsemble - 10 novembre 2019

    Nous nous joignons à ceux qui ont une pensée pour ce jeune homme et sa famille.
    Il est indécent d'en arriver là pour faire entendre ce cri de désespoir.
    Cette précarité est malheureusement le lot de plusieurs autres étudiants que nous essayons d'aider (https://www.facebook.com/EtudiantsTousEnsemble).
    Nous rappelons que nous avons du soutien de tous afin de plus jamais en arriver là.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut