ERRATUM : TOUTES NOS EXCUSES A GERARD ANGEL

Suite à notre enquête sur les relations entre les collectivités locales et la presse régionale, parue dans le numéro de novembre de Lyon Capitale, nous avons fâché tout rouge notre excellent confrère Gérard Angel. Et pour cause. Dans le tableau publié page 31, faisant état du nombre de pages de publicités publiques, nous avons relevé par erreur 87 pages pour Les Potins d’Angèle, alors qu’en réalité l’hebdomadaire satirique n’a bénéficié que de 61 pages sur la période concernée (du 1er janvier 2009 au 31 mai 2010).

L’erreur vient du fait que nous avons intégré dans ce décompte les pages du Théâtre de La Tête d’Or, très peu subventionné, et surtout celles du Casino Le Pharaon, propriété du groupe Partouche, qui certes bénéficie d’une DSP - délégation de service public- le liant à la Ville de Lyon, mais ne saurait en rien être assimilé à un organisme public. Il s’agit d’une "originalité" française, les casinos étant liés aux communes par lesdites DSP, au même titre que l’eau ou les parkings. Cette taxe dite "parafiscale" ne rapporte à la Ville de Lyon que 5,5 millions d’euros par an (chiffres 2008), pour un budget général d’environ 700 millions d’euros.

Si l’on réintègre par conséquent les pages en question dans le secteur privé, Les Potins d’Angèle n’ont bénéficié, au cours de la période retenue pour l’enquête, que de deux tiers de publicités publiques, pour un tiers de publicités privées. Ces précisions importantes étant apportées à nos lecteurs, je prie donc Gérard Angel, dont tout le monde à Lyon connaît l’indépendance d’esprit (et qui d’ailleurs ne demandait pas de droit de réponse), d’accepter quand même les plus plates excuses de Lyon Capitale.

Didier Maïsto

Directeur de la Publication

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut