Jean-Marie Girier (au premier plan) arrivant à l’Elysée avec Arnaud Leroy, Sibeth Ndiaye, Benjamin Griveaux, Richard Ferrand et Julien Denormandie, le 14 mai 2017 © Stéphane de Sakutin / AFP
Jean-Marie Girier (au premier plan) arrivant à l’Elysée avec Arnaud Leroy, Sibeth Ndiaye, Benjamin Griveaux, Richard Ferrand et Julien Denormandie, le 14 mai 2017 © Stéphane de Sakutin / AFP

Enquête préliminaire ouverte contre l'ancien chef de cabinet de Collomb

Le Parquet national financier vient d’ouvrir une enquête préliminaire à l’encontre de Jean-Marie Girier, le directeur de cabinet de Richard Ferrand et ancien chef de cabinet de Gérard Collomb au ministère de l’Intérieur et à la ville de Lyon.

Selon le journal Le Point, le Parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête préliminaire à l'encontre de Jean-Marie Girier, le directeur de cabinet de Richard Ferrand et directeur de campagne d'Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle de 2017. Cet ancien chef de cabinet de Gérard Collomb à Lyon puis au ministère de l'Intérieur avait rédigé pour le compte de l’Élysée une note à en-tête de l'Assemblée nationale datée du 21 juin. Un mémo dans laquelle il définissait une stratégie pour attirer les élus socialistes au sein d'un “Agir” de gauche. Un travail réalisé dans le cadre de ses fonctions publiques pour un travail politique qui constituerait “un détournement de biens publics”, selon Anticor, l'association à l'origine de la saisine du PNF, qui s'appuie sur un arrêt de 2019 de la Cour de cassation.

En effet, l’établissement d’une stratégie visant à affaiblir un parti politique relève, à l’évidence, des tâches qui doivent être confiées à un permanent d’un parti politique. Plusieurs assistants parlementaires européens sont d’ailleurs actuellement mis en cause justement parce qu’ils exerçaient des fonctions partisanes sans lien avec le député européen qu’ils étaient censés assister”, écrit Anticor dans un communiqué.

Le nom de Jean-Marie Girier  apparaît déjà dans une autre enquête ouverte cette fois-ci par le parquet de Lyon sur le financement de la campagne présidentielle d'En Marche à Lyon (Lire ici, ici et ici). Il est soupçonné d'avoir travaillé pour le compte du parti présidentiel alors qu'il était encore employé au cabinet de Gérard Collomb. Lors du signalement des faits par les élus LR du Rhône, Philippe Cochet avait déclaré que M.Girier “utilisait non seulement du temps, mais surtout des moyens de la métropole, comme des boîtes mails, des bureaux, des moyens de transport pour faire campagne pour le candidat de La République En Marche”.

2 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 30 octobre 2019

    Tiens ?
    J'avais pas vu passer cette info...
    pas beaucoup relayée par les médias Lyonnais non ?
    :o)

    1. vieux caladois - 30 octobre 2019

      vous allez aussi l'insulter en écrivant : "je ne suis pas comme vous à militer pour les milices de citoyens armés" ?

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut