Véronique Trillet-Lenoir
© Tim Douet

Élections européennes : tribune de Véronique Trillet-Lenoir

Après le débat organisé ce mercredi soir par Lyon Capitale et Sciences Po Lyon, nous avons proposé aux candidats présents de publier une tribune à quelques jours de l'élection européenne. Véronique Trillet-Lenoir (Renaissance – LREM) est la première à réaliser cet exercice. 

Le Projet Renaissance propose aux citoyens de reprendre en main le destin européen. Construite sur la base de la réconciliation et de la paix retrouvée, l’Union Européenne peine désormais à relever les grands défis économiques et sociétaux qui se posent à elle : dérèglement climatique, déplacement des populations, irruption des nouvelles technologies et surtout poussée destructrice d’un nationalisme haineux et europhobe. A l’opposé, nous proposons de donner à l’Europe un nouveau cap, pour plus de souveraineté et de justice.

Comme médecin, je défends l’Europe de la prévention en santé  : une véritable puissance verte qui protège contre la pollution de l’air, le danger des perturbateurs endocriniens, les nouvelles épidémies liées au réchauffement ; un espace Schengen garant du respect de la qualité de notre alimentation et de celle de nos enfants sur la base du Nutriscore.

Comme chercheur, je défends à la mise en commun des talents et des savoirs de la recherche scientifique au sein d’Universités Européennes que nous œuvrerons à déployer sur le modèle français.

Comme conseillère régionale, je défends une Europe ancrée sur les relais privilégiés que sont ses Régions, à l’écoute des attentes des territoires. Nous les avons entendues et recueillies pendant les 2000kms parcouru sans relâche durant la campagne sur les routes d’Auvergne Rhône Alpes, et au côté des élus sur les marchés de la métropole lyonnaise. Il est temps que nos concitoyens se retrouvent dans l’Europe. Il est temps que les eurodéputés s’attellent à rendre visible le lien fort entre les instances européennes et les Régions,

Comme citoyenne, je défends le principe d’échanges commerciaux respectant l’éthique et les valeurs démocratiques portées par notre liste. Je défends le conditionnement des échanges au respect de normes environnementales et sociales : le respect des accords de Paris, l’interdiction du travail des enfants...

Je défends aussi une Europe plus juste et plus sociale : une Europe qui lutte contre le dumping social par l’instauration d’un salaire minimum européen et la refonte de la directive des travailleurs détachés.

J’ai aussi à coeur le renforcement de la démocratie au sein de l’Union Européenne, un pouvoir d’initiative renforcé du Parlement issu de la voix des peuples, une exigence d’assiduité et de probité de ses députés.

Enfin comme femme, je m’engage pour le renforcement des droits des femmes : aller vers le respect des droits sexuels et reproductifs, la lutte contre les inégalités salariales et sociétales, et la parité au sein du Parlement.

Avec la liste Renaissance, je défends une Union Européenne souveraine, plus juste, plus protectrice, plus respectée et qui remette les citoyens au coeur de son projet.

Lire aussi la tribune de Benoit Schneckenburger

Lire aussi la tribune de Pierre Larrouturou

Lire aussi la tribune d’Agnès Marion

Lire aussi la tribune Michèle Rivasi et Grégory Doucet

Élections du 26 mai – Quelle Europe veulent les candidats aurhalpins  ?

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut