Échos des boîtes

La vente de son pôle silicones de St Fons au chinois BlueStar devrait améliorer son endettement abyssal qui dépasse les 2 milliards d'euros. Cette société née de l'éclatement de Rhône-Poulenc annoncera également un résultat net bénéficiaire avec un chiffre d'affaires de 4,81 milliards d'euros en progression de 6,4 %. Le groupe emploie plusieurs milliers de salariés dans la région, notamment sur son site de Belle étoile et dans son usine de St Fons (Rhodia Organique).

Mercialys, la filiale foncière du groupe Stéphanois Casino va certainement publier des résultats encore insolents. Le portefeuille immobilier de cette société, évalué à plus d'un milliard d'euros, est composé de grandes surfaces, de cafétérias et de supérettes dont elle perçoit des loyers. Pour 2006, l'exercice devrait faire apparaître une progression significative des bénéfices et du CA qui atteignait, en 2005, 71,8 millions d'euros.

April Group présente également ses résultats avec un chiffre d'affaires consolidé en progression de 16,9 % à 520,4 millions d'euros.
Mais dans l'actualité boursière lyonnaise, ce sont sans doute les résultats du leader européen de l'homéopathie Boiron qui capteront l'attention. Après le rachat en 2005 de son concurrent Dolisos, la société lyonnaise était un peu grippée et avait du mal à fusionner la culture des deux boîtes. Le marché de l'homéopathie n'était pas non plus en pleine forme, ce qui explique que le chiffre d'affaires de Boiron ait été revu à la baisse et qu'il n'atteindra "que 399 millions d'euros" pour des estimations à 410 millions en mars 2006. Mais les effets de la restructuration touchent à leur fin et vont permettre à la société lyonnaise de retrouver durant 2007 et surtout en 2008 toute sa performance économique. 2005 ne présentera que des résultats... homéopathiques.

La Lyonnaise de Banque a connu une année 2006 particulièrement faste avec un produit net bancaire en progression de 6,1 % à 707,3 millions d'euros. La dernière grande banque lyonnaise affiche un très bon résultat net consolidé global à 180,5 millions d'euros.

à lire également
C’est officiel, Safran a choisi Feyzin pour implanter sa prochaine usine, aidé dans sa décision par le tapis rouge que l’État et les collectivités locales ont déroulé. Au terme d’une route pavée de rivalités politiques, de concurrence internationale et de bonnes intentions, 25 millions d’euros de deniers publics ont été débloqués pour attirer l’industriel. Un effort considérable qui pose la question suivante : jusqu’où les pouvoirs publics sont-ils prêts à aller pour réindustrialiser la région ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut