DIVERSIT2 : LES PARTIS EN FONT LE MINIMUM

Mais peu bénéficient du soutien d'un grand parti.

Au MoDem Azouz Begag, au PS Najat Belkacem. Deux têtes d'affiche. La diversité est en marche, on dirait. Certes, elle pousse à la porte : 23 candidats sur 209 dans le Rhône. Mais la porte résiste. Au PS, après Najat Belkacem, plus personne. A l'UMP, on a failli avoir Nafissa Barascud dans la 7èmer circonscription. Mais pas de chance, elle vient d'être exclue de son parti qui lui préfère un parachuté : Jean-François Debiol. Le MoDem s'en tire un peu mieux : deux candidats en plus d'Azouz Begag, cela fait trois. Il est vrai qu'un parti nouveau n'a pas d'anciens à pousser dans le fossé. Au PCF, deux candidats. Chez les Verts, aucun. Comme au Front National. Cela fait sept candidats seulement pour représenter la diversité dans les grands partis. Du coup, plus des deux tiers des candidats de la diversité se réfugient sous des labels de circonstance comme " Gauche alternative 2007 ". Comme Mafhoud Galloul, pourtant militant UDF, maître de conférences à l'IEP de Lyon, mis au rencart par son parti. Il se présente " sans étiquette " dans la 14ème. Comme Azzedine Haffar dans la 13ème qui sera classé " divers ". Son parti, le PRG ne l'a pas soutenu. Ironie du sort : il était président de l'ANEB, l'Association Nationale des Elus de Banlieue. Et tous ceux qui ont tenté une incursion dans les partis mais qu'on n'a pas laissé approcher du bol de sangria. Comme Morad Aggoun, ancien d'Agora, l'association créée au Mas du Taureau en 1990. Il a participé au " Choix Vaudais ", un collectif d'habitants de Vaulx-en-Velin qui avaient réalisé plus de 7 % aux élections municipales de 95. Il se réclame aujourd'hui de José Bové. Un petit tour au PS et puis dehors : "on veut bien de nous pour coller des affiches mais c'est tout". Et qu'est devenu Samir Khammassi qui s'était présenté en 2002 contre Jean-Jack Queyranne ? Dès qu'ils commencent à déranger, on les neutralise. Beaucoup de ces candidats ont une vraie légitimité, un parcours militant, une expérience de terrain. Ils ont trouvé leur place dans la cité, dans l'entreprise, dans le monde associatif. Pas dans les partis politiques qui prônent la diversité. Faites ce que je dis..

à lire également
Génération Z. Contacté par “Madame Z”, Philippe Meirieu a tout de suite fait part de son enthousiasme. Pédagogue reconnu et figure des écologistes à Lyon, l’ancien vice-président de la Région soutient pleinement Grégory Doucet sur le chemin “courageux” de l’union des écologistes et de la gauche.   Pourquoi soutenez-vous la candidature de “Madame Z” ? Je […]

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut