DECRYPTAGE : MILLON TENTE DE REVENIR

Il y avait cru juste après l'élection de Sarkozy, qui a réhabilité la ligne politique d'une droite décomplexée que Millon défend depuis longtemps. Mais en quelques semaines, Sarkozy a "ringardisé les vieux". "Millon a le même âge que Perben ou Collomb, mais il ne fait pas attention à son image... Alors que Perben se teint les cheveux, la femme de Collomb est à nouveau enceinte..." persifle un milloniste. Depuis septembre, donc, Millon semblait résolu. Mais ces derniers jours, il a un peu changé de ton. Les arguments qui s'opposaient à son retour semblent tomber les uns après les autres. D'abord, sa vieille ennemie Anne-Marie Comparini (Modem) est sortie du jeu. Tant qu'elle était là, il ne pouvait pas se représenter sans que cela tourne au "remake de la revanche" de la crise régionale de 1998. Ensuite, les réseaux... Millon se croyait un peu isolé. Il aurait reçu, ces derniers temps, de nombreux coups de fil sur le thème : "tu es le seul qui peut reprendre la ville à la gauche". Enfin, les négociations des millonistes avec Dominique Perben prennent un retard anormal. Il n'en faut pas plus pour remotiver ses troupes à en "découdre". Président du principal groupe d'opposition, Millon sait que s'il se décidait, il ne manquerait ni de militants, ni de candidats, ni d'argent. Et ses troupes lui ont déjà rédigé un projet. Dans les semaines qui viennent, Millon pourrait ainsi lancer quelques "ballons d'essais". Avant de se décider.

à lire également
Lors de son passage au ministère de l’Intérieur, Gérard Collomb a été sanctionné de la moitié de ses indemnités de conseiller métropolitain à cause de son absence. Une “amende” qu'il a compensée en trouvant une nouvelle source de revenus au sein du Sepal. Le maire de Lyon aura ainsi reçu 9149€ en 2018 dans un syndicat mixte où il ne siégeait pas.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut