La crèche People & Baby du 3e arrondissement de Lyon a été fermée suite au décès d’une fillette de 11 mois le 22 juin 2022. (Photo Hadrien Jame)

Décès d'une fillette : la crèche People & Baby dénonce des "témoignages invérifiables"

Le groupe People & Baby, propriétaire de la crèche dans laquelle une fillette de onze mois est décédée le 22 juin à Lyon, dénonce dans un communiqué les témoignages de certains employés qui pointent les mauvaises conditions de travail en interne.

C'est un message qui, pour un internaute lambda, est quasiment impossible à trouver sur le site web du groupe People & Baby. Pour lire le communiqué publié le 12 juillet par l'entreprise spécialiste de la petite enfance au au sujet du décès dramatique d'une fillette de onze mois dans une crèche lyonnaise le 22 juin, il faut cliquer sur un tout petit bandeau perdu sur la page d'accueil du site et intitulé "amalgame".

La suite ? Un message dans lequel la direction de People & Baby fait part de son intention de "contrer" "des témoignages invérifiables" qui jettent "le discrédit sur le travail quotidien de 6 000 professionnels et de l’ensemble du groupe People & Baby".

Une plainte en diffamation contre TF1 et RMC

Depuis le décès de la fillette dans une crèche du 3e arrondissement de Lyon, de nombreux médias ont en effet relayé des témoignages d'employés du groupe ou de parents d'enfants qui ont dénoncé les conditions de travail en interne, dont un important turn-over des personnels.

People & Baby dément donc ces témoignages et dit vouloir aller en justice pour contester ces accusations. "Nous démontrerons point par point l’inexactitude des propos relayés et l’absence de crédibilité des personnes interviewées. De fait, une plainte en diffamation contre TF1 et RMC a été déposée", note le communiqué.

Lire aussi : À Lyon, 200 places en crèche gelées à la rentrée : "il n'y a pas assez de diplômés"

"Certains médias ont osé faire un rapprochement entre ce meurtre et les conditions de travail des professionnels en crèche allant jusqu’à parler de dérives et de maltraitances, n’hésitant pas à bafouer la dignité de nos équipes", ajoute People & Baby, par ailleurs très discret depuis la tragédie.

À Lyon, la crèche dans laquelle est morte la fillette, à laquelle une employée avait volontairement administrée un produit caustique toxique, a été fermée pour trois mois sur décision du préfet du Rhône. "Durant cette période, une enquête administrative sera diligentée par la Métropole de Lyon afin de vérifier que les conditions de fonctionnement de l’établissement sont conformes aux dispositions législatives et réglementaires et garantissent le respect de la santé, physique ou mentale ou l'éducation des enfants accueillis", avait expliqué la préfecture.

Le ministre des Solidarités, Jean-Christophe Combe, a, quant à lui, annoncé avoir saisi l'inspection des affaires sociales dans cette affaire.

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut