Photo de Ludovic Marin / AFP

Cyberattaque : Olivier Véran va se rendre à l’hôpital de Villefranche ce lundi

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, doit se rendre au chevet de l’Hôpital Nord-Ouest de Villefranche-sur-Saône, le lundi 22 février, en compagnie du secrétaire d’État en charge de la transition numérique, Cédric O, à la suite de la cyberattaque subit par l’établissement le 15 février.

La cyberattaque qui a touché l’Hôpital Nord-Ouest de Villefranche-sur-Saône, le 15 février, a fait largement réagir jusqu’au plus haut sommet de l’État. Emmanuel Macron s’est entretenu avec la direction de l’hôpital dans la matinée du 18 février, en visioconférence, avant d’annoncer un vaste plan sur la cybersécurité en France.

Une semaine après l’attaque, le lundi 22 février, c’est Olivier Véran, ministre de la Santé et Cédric O, secrétaire d’État en charge de la transition numérique qui vont venir, sur place, échanger avec la direction.

Un déplacement attendu de pied ferme par la CGT de l’établissement qui demandait une rencontre avant la cyberattaque. Le syndicat espère que "Cette visite lui permettra [Olivier Véran] de prendre la mesure de cette catastrophe de plus pour l’hôpital public qui se porte déjà si mal en temps normal".

La CGT pointe la surcharge de travail induite par la mise hors service du système informatique de l’hôpital : les secrétaires médicales qui devront rattraper le retard des comptes-rendus médicaux, une seule photocopieuse utilisable dans tout l’hôpital, le nombre d’actes papiers qui se sont multipliés pour les soignants… L’ensemble a des conséquences très concrètes sur le fonctionnement de l’hôpital, les pompiers sont détournés de Villefranche, 16 patients sont accueillis en réanimation au lieu de 18 en temps normal.

En conséquence, la CGT demande "des renforts immédiats dans chaque service pour la qualité des soins prodigués et éviter un épuisement des agents". Le syndicat demande également des moyens pour ne plus avoir à subir d’attaques similaires à l’avenir et un plan de formation massif financé par l’État et les ARS.

1 commentaire
  1. JANUS - sam 20 Fév 21 à 8 h 51

    Pourquoi ? Il vient se livrer comme otage aux rançonneurs !

    Signaler un commentaire inapproprié

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut