@Antoine Merlet

Covid-19 : les soignants de Lyon non-vaccinés au 15 septembre "ne pourront plus travailler"

Lundi 12 juillet, lors de son allocution le président de la République a officialisé l’obligation pour les membres du personnel soignant de se faire vacciner. Le ministre de la Santé a précisé que "les soignants non vaccinés au 15 septembre ne pourront plus travailler et ne seront plus payés". 

Confronté à la progression rapide du variant Delta et face au risque d’une quatrième vague de Covid-19, le président de la République a durci le ton ce lundi 12 juillet. Le chef de l’État a notamment annoncé l’extension du pass sanitaire et l’obligation pour les personnels soignants de se faire vacciner. 

Lire aussi : Vaccination obligatoire pour les soignants, 3e dose, pass sanitaire élargi : tout ce qu'il faut retenir du discours de Macron

Quelques minutes après la fin de l’allocution d’Emmanuel Macron, le ministre de la Santé, présent sur LCI, est revenu sur les risques auxquels s’exposeraient les soignants qui ne se seraient pas fait vacciner eu 15 septembre. Selon Olivier Véran la sanction serait sans appel, ils "ne pourront plus travailler et ne seront plus payés". 


"L'objectif n'est pas de sanctionner les professionnels, c'est d'abord de la pédagogie, avec possibilité de sanction pour ceux qui ne comprendraient pas." Élisabeth Borne, ministre du Travail


Également interrogée par la chaîne d’information, ce mardi, la ministre du Travail Élisabeth Borne a précisé les sanctions auxquelles les soignants pourraient s’exposer. Dans un premier temps, ils risqueraient de voir leur contrat de travail suspendu pour quelques semaines, le temps de se mettre en conformité, une "première étape" avant "une mise à pied", voire "un licenciement" s'ils refusent la vaccination. "On va prévoir dans la loi une disposition particulière pour permettre une suspension du contrat de travail, parce que la personne n'est plus en situation d'exercer son métier si elle n'a pas été vaccinée", a expliqué la ministre du Travail. 

Des contrôles seront réalisés dès septembre

Le projet de loi sera présenté lundi en Conseil des ministres et examiné par le Parlement les jours suivants. Seront concernés, les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, cliniques, Ehpad et maisons de retraite, les professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, y compris à domicile, ainsi que les pompiers ou les ambulanciers.

"À compter du 15 septembre, des contrôles pourront être faits, par l'employeur, l'Agence régionale de santé, l'Assurance maladie, le directeur d'établissement, d'Ehpad", a déclaré sur RMC/BFMTV Olivier Véran. Pour le ministre, cela "laisse du temps". "Cela veut dire que potentiellement un soignant a encore 3, 4 semaines pour commencer son schéma vaccinal. Et je les invite évidemment à se faire vacciner sans délai, il y a urgence", a-t-il conclu.

Lire aussi : Vaccin : "record" pulvérisé, près d'1 million de Français ont pris rendez-vous lundi soir après l'allocution de Macron

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut