faits divers
Police judiciaire © Tim Douet

Covid-19 : la police met fin à un trafic de faux certificats de vaccination délivrés depuis Lyon

Un trafic de faux certificats de vaccination contre le Covid-19 a été mis au jour par la police judiciaire de Paris. Six personnes ont été mises en examen, dont une Lyonnaise suspectée d’avoir généré les certificats depuis un centre de vaccination local. Elle a été placée en détention provisoire. 

Au moins 400 personnes non-vaccinées auraient acheté de faux certificats de vaccination contre le Covid-19, émis depuis la banlieue lyonnaise révélait hier 20 minutes. Selon les informations de nos confrères, une Lyonnaise travaillant dans un centre de vaccination rattaché aux Hospices civils de Lyon réservait chaque jour plusieurs créneaux sur lesquels elle inscrivait les noms d’acheteurs de vrais/faux certificats.

Une source proche du dossier, cité par l’AFP, précise que ces derniers lui auraient été fournis par le titulaire d’un compte Snapchat, baptisé "médecin incroyable", qui échangeait les précieux sésames  "de la main à la main, essentiellement en banlieue parisienne" à "un tarif compris entre 350 et 500 euros".

Six personnes interpellées

L’enquête conduite par la police judiciaire a permis d’identifier six suspects. Trois d’entre eux ont été mis en examen pour des chefs d’accusation d’"atteintes à un système de traitement automatisé de données en bande organisée, faux administratif et détention d'un faux, blanchiment aggravé et association de malfaiteurs" dans le cadre d’une information judiciaire ouverte mercredi 14 juillet par la section de cybercriminalité du parquet de Paris. Deux autres individus sont poursuivis pour "usage de faux administratif et détention d'un faux", tandis qu'une sixième personne a été mise en examen pour "blanchiment aggravé et association de malfaiteurs".

Deux des mis en cause ont été placés en détention provisoire, à la demande du parquet, rapporte l’AFP. Il s’agirait de l’employée lyonnaise du centre de vaccination et de la personne qui gérait le compte Snapchat où les faux certificats étaient proposés. Les quatre autres personnes interpellées ont été placées sous contrôle judiciaire. 

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut