Un atelier d’assemblage d’auto tests dans les locaux des laboratoires Boiron à Messimy dans le Rhône.

Covid-19 : à Messimy, comment les laboratoires Boiron font face à la demande croissante des Français pour les autotests

La forte hausse du nombre de cas de Covid-19 ces dernières semaines en France a entraîné une ruée vers les autotests. Valérie Lorentz-Poinsot, directrice générale des laboratoires Boiron basés à Messimy dans le Rhône, raconte à Lyon Capitale comment son entreprise a augmenté sa production pour répondre à la demande.  

Comme à l'échelle nationale, les derniers chiffres de l'épidémie du Covid-19 dans le département du Rhône témoignent de la forte accélération de la transmission du virus depuis quelques semaines. D'après les derniers chiffres communiqués le lundi 13 décembre, le taux d'incidence est de 720 (les données prennent donc en compte la période entre le mardi 7 décembre et le lundi 13 décembre). Ce taux était de 702 le 6 décembre, une semaine plus tôt, et de 211 "seulement" le 18 novembre.

Face à cette flambée du nombre de cas positifs du Covid-19, les Français, comme les Rhodaniens, se précipitent vers les autotests. Ce que nous ont confirmé deux pharmacies dans le 6e arrondissement de Lyon vendredi 17 décembre. "Il y a une hausse de la demande depuis début décembre. Tout le monde a compris que malgré la vaccination, il y a des cas d'infection. Les gens veulent donc savoir s'ils sont positifs avant de retrouver leur famille ou des amis", confie à Lyon Capitale une pharmacienne de l'officine Grande pharmacie Lyon Saxe. Dans une autre enseigne, à quelques centaines de mètres de là, une autre pharmacienne nous confirme que la demande pour les autotests classiques est en hausse, alors que la demande pour les autotests supervisés en pharmacie et réalisés dans le cadre du pass sanitaire "est linéaire". "Ce qu'on voit plus qu'avant, ce sont vraiment des gens vaccinés qui veulent se faire tester avant des réunions de famille".

Boiron vend 200 000 autotests par jour aux pharmacies

Au siège des laboratoires Boiron à Messimy dans le Rhône, des moyens supplémentaires ont été dégagées pour répondre à cette forte demande pour les autotests en pharmacie. "On s'est engagé avec notre partenaire français NG Biotech pour assembler des autotests supplémentaires sur notre site de Messimy. On a eu besoin d'accélérer et de répondre à la demande du marché. Les gens ont besoin de se faire tester avant Noël", confie Valérie Lorentz-Poinsot, directrice générale des laboratoires Boiron.

Concrètement, Boiron est monté depuis le 15 décembre à un rythme de 200 000 ventes d'autotests par jour aux pharmacies françaises, contre 150 000 auparavant. "On est monté en puissance sur l'assemblage des autotests. On en assemble désormais 30 000 nous-mêmes à Messimy car notre partenaire NG Biotech ne peut pas assembler tous les autotests lui-même. Il nous livre des produits non finis. On a réaménagé un espace dans nos laboratoires pour le dédier à l'assemblage et une partie de notre personnel a été réquisitionné pour l'assemblage", poursuit Valérie Lorentz-Poinsot.

Le point fort de Boiron est sa maîtrise de la chaîne de production, qui permet à l'entreprise de s'assurer de la fiabilité des produits vendus. "On contrôle la fiabilité des tests nous-mêmes à Messimy où nous avons notre laboratoire P3 (un laboratoire confiné dans lequel sont analysés des agents pathogènes de classe 3, comme le SARS-CoV-2) et notre laboratoire de contrôle. C'est très important pour notre image. Nos autotests sont d'ailleurs aussi valables contre Omicron", ajoute la directrice générale.

Malgré cette hausse de la production, certains clients ont peur de la rupture de stock. "On voit des gens qui font des réserves en vue des vacances de Noël en achetant des dizaines d'autotests", glisse une pharmacienne.

 

 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut