Service de réanimation de l’hôpital de la Croix-Rousse des Hospices Civils de Lyon. @Lionel De Souza _ avril 2020

Coronavirus : situation alarmante à Lyon, vers un durcissement du couvre-feu

Les dernières remontées chiffrées sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus à Lyon et dans le Rhône sont très mauvaises, et même préoccupantes. La situation se dégrade, et vite, dans la Métropole de Lyon, mais aussi à Saint-Etienne et à Grenoble. De nouvelles mesures restrictives pourraient être prises sur ces territoires dans les prochains jours.

"Les premiers effets du couvre-feu nocturne, on les verra dans 10 jours. Pas sûr qu'à Lyon, on ne puisse attendre jusque-là", murmure un médecin urgentiste de la Croix-Rousse, à Lyon. Les dernières remontées de terrain sont très mauvaises à Lyon. Les chiffres, eux, sont préoccupants. Tous les indicateurs sont inquiétants. Tous.

La région Auvergne-Rhône-Alpes subit de plein fouet la 2e vague. Et notamment trois départements, le Rhône, la Loire et l'Isère, très touchés. C'est simple. Il s'agit actuellement de trois des cinq départements français les plus touchés, avec le Nord et Paris.

Dans les hôpitaux de la région, les chiffres sont très mauvais. Il y a une explosion du nombre d'hospitalisés depuis 10 jours comme nul part en France (par rapport au nombre d'habitants). Tous les chiffres le disent.

Sur les hospitalisations, dans la région :

  • 2364 personnes sont actuellement hospitalisées dans la région des suites du covid-19 (chiffres du mardi 20 octobre au soir)
  • 2123 le lundi 19 octobre
  • 1263 le lundi 12 octobre
  • 927 le lundi 5 octobre
  • 839 le lundi 28 septembre
  • 763 le lundi 21 septembre.

La hausse est nette. Idem en réanimation, avec :

  • 340 personnes sont actuellement en réanimation (chiffres du mardi 20 octobre au soir)
  • 311 patients le lundi 19 octobre
  • 203 patients le lundi 12 octobre
  • 168 le lundi 5 octobre
  • 143 le lundi 28 septembre
  • 123 le lundi 21 septembre

La hausse est encore plus visible dans ce graphique. Lyon Capitale vous permet de suivre au quotidien la situation dans les hôpitaux de la région.

En "réa", 94 % des lits sont occupés dans les Hospices civils de Lyon (dont 46 % par des patients suivis pour covid-19). Toutes les opérations non urgentes sont déprogrammées ces 15 prochains jours dans le Rhône, la Loire, l'Isère, l'Ain et la Savoie, notamment dans les hôpitaux lyonnais, pour libérer des lits. Objectif ? Monter de 685 (actuellement) à 1300 lits de réanimation dans la région pour accueillir tous les nouveaux malades. A la base, il y avait 559 lits de "réa" disponibles dans la région. Plus de 120 ont déjà "ouverts" pour accueillir de nouveaux patients.

A Lyon, des patients des HCL (Hospices civils de Lyon) ont déjà été transférés vers Chambéry, en Savoie, pour faire un peu, un temps, redescendre la pression. Et libérer des places dans les hôpitaux lyonnais, où de très nombreuses nouvelles entrées sont attendues ces prochains jours...

Le nombre de contaminés explose dans le Rhône

Où la situation est encore plus inquiétante, c'est que le nombre de nouveaux cas ne se stabilise pas dans le Rhône et dans la région. Au contraire, il explose... Et qui dit plus de nouveaux cas, dit forcément plus de nouveaux malades dans les hôpitaux ces prochains jours. C'est mécanique et inéluctable. Et ce alors que la tension hospitalière est déjà très forte...

Dans le seul département du Rhône, l'évolution est la suivante :

  • 241 cas positifs dans le Rhône (sur 15 117 tests) entre le 3 et le 9 août
  • 557 cas positifs (sur 15 430 tests) entre le 10 et le 16 août
  • 1216 cas positifs (sur 22 000 tests) entre le 17 et le 23 août
  • 1687 cas positifs (sur 27 000 tests) entre le 24 et le 31 août
  • 2518 cas positifs (sur 31 000 tests) entre le 31 août et le 6 septembre
  • 3350 cas positifs (sur 37 000 tests) entre 7 septembre et le 13 septembre.
  • 3862 cas positifs (sur 39006 tests) entre le 14 et le 20 septembre.
  • 4128 cas positifs (sur 36 019 tests) entre le 21 et le 27 septembre
  • 3955 cas positifs (sur 34 000 tests) entre le 28 septembre et le 4 octobre
  • 6639 cas positifs (sur 39 938 tests) entre le 5 octobre et le 11 octobre.

Les chiffres entre le 12 et le 20 octobre sont encore plus inquiétants. L'augmentation (on peut aussi parler d'explosion) est claire. Nette. Et c'est pareil dans la région. +25 % de personnes testées en une semaine dans la région (133 500 contre 107 000 la semaine précédente) mais +77 % de cas positifs (20 000 contre 11 300). Là encore, ce n'est plus une augmentation, comme les semaines précédentes, mais une explosion. A Saint-Etienne, Lyon et Grenoble, les taux d'incidence ne font que grimper (le nombre de patients positifs sur un territoire lors des 7 derniers jours pour 100 000 habitants). C'est à Saint-Etienne qu'il est ce mercredi le plus haut de France.

Lyon Capitale vous propose un graphique sur le nombre de nouveaux cas positifs chaque semaine, dans le seul département du Rhône.

Devant cette situation, très critique, alarmante, quelles solutions à Lyon ? "On ne peut pas attendre les premiers effets du couvre-feu nocturne, on ne peut pas attendre encore 10 jours, ça sera trop tard", souffle une source. Avancer le couvre-feu à 19h serait notamment envisagé.

Quelles autres solutions ? Fermer les restaurants ? Reconfiner ? Forcément, la question d'un reconfinement local se pose désormais vu la situation actuellement, à Lyon, Saint-Etienne et Grenoble. "Si on ne fait pas quelque chose dans les prochaines heures, on va devoir choisir entre les malades à Lyon dans 10-15 jours, s'alarme un médecin lyonnais. Lors de la 1ère vague, on avait réussi à contenir le pic et la baisse avait commencé il faut le rappeler trois semaines après le début du confinement. Mais on avait confiné..."

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut