JEFF PACHOUD / AFP

Coronavirus : quels effets "fêtes de fin d'année" ? Le point sur la circulation du virus à Lyon et dans le Rhône ce lundi

Ce lundi 18 janvier, il est possible de dresser un premier bilan de l'effet "fêtes de fin d'année" avec des données stabilisées qui vont jusqu'au 14 janvier. A Lyon et dans le Rhône, l'explosion des cas de covid-19 début janvier, si crainte, n'a pour l'instant pas lieu. Décryptage.

Pas de flambée. Pour l'instant, c'est le constat à Lyon, ce lundi 18 janvier. Les données chiffrées après les fêtes commencent à être de plus en plus consolidées et aucune envolée dans les chiffres n'est constatée. A Lyon et dans la région, une sorte de plateau (haut) est observé. En résumé, le virus continue de circuler, beaucoup, mais dans des proportions bien moindres que fin octobre et début novembre dans la région. C'est simple, à titre de comparaison, il y a environ 4 fois moins de cas actuellement à Lyon que début novembre.

Le degré de circulation du virus se mesure à travers le taux d'incidence. C'est un indicateur clé. Les décideurs ont les yeux rivés dessus. Il détermine le nombre de cas positifs sur les 7 derniers jours pour 100 000 habitants. Sur une semaine glissante en gros. C'est un très bon moyen de mesuré le degré de circulation du virus à un instant t sur un territoire. Les dernières données stabilisées dont nous disposons, de Santé Publique France, s'arrêtent au jeudi 14 janvier. Les chiffres de Santé publique France prennent donc en compte la période du vendredi 8 au jeudi 14 janvier. C'est une période qui commence à être bien représentative des "effets" fêtes de fin d'année. Et pour l'instant, les chiffres sont assez stables.

Le Rhône dans la moyenne nationale

Dans le Rhône, le taux d'incidence est de 203 au 14 janvier. Un taux qui ne grimpe pas en flèche, légèrement supérieur à la moyenne nationale en France (186). Ce graphique montre bien que le département est actuellement dans la moyenne nationale, ce qui était loin d'être le cas début novembre...

Source ; Santé Publique France

Pas d'effet "fêtes" pour l'instant. Dans la région, même constat. Région, et de loin, la plus touchée par l'épidémie de covid-19 au mois de novembre, Auvergne-Rhône-Alpes est actuellement la 4e région de France où le virus circule le plus. Derrière PACA (taux d'incidence de 318), Bourgogne-Franche-Comté (246), Grand-Est (210) et donc AURA (203). L'Ile de France suit (189) et la région Bretagne est toujours la moins touchée (93).La circulation du virus n'est pas toujours homogène dans la région d'un département à l'autre. Ainsi d'après les dernières données stabilisées au 14 janvier, les taux d'incidence sont les plus hauts dans les 3 départements de la région suivants :

  • Drôme : 249
  • Haute-Loire : 241
  • Loire : 225

Lire aussi : Coronavirus : les hospitalisations et réanimations repartent doucement à la hausse dans le Rhône

Faire défiler vers le haut