Coronavirus : les maisons de retraite face à ceux qui forcent l'entrée

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, certains maires ont fait remonter au préfet Pascal Mailhos des tentatives de passages en force pour rentrer à l'intérieur des maisons de retraite et Ehpad. Dans le contexte du coronavirus COVID-19, le préfet juge ces comportements "inacceptable".

Depuis le début de l'apparition du coronavirus COVID-19, l'Agence régionale de santé insiste sur la nécessité de "protéger les personnes les plus vulnérables notamment celles prises en charge dans les établissements médico-sociaux" et de limiter les visites aux résidents, tout particulièrement pour les personnes mineures, ou celles présentant des symptômes comme de la fièvre, une intense fatigue ou de la toux. En parallèle, selon l'ARS "près de 8 patients sur 10 atteints du COVID-19
ne souffriront que de symptômes bénins, équivalents à une grippe".

Des personnes qui tentent de passer en force

Ainsi, plusieurs maisons de retraite ou Ehpad limitent drastiquement les visites, ce qui n'est pas toujours compris par certains proches des personnes à l'intérieur. Certains décident de passer en force pour tenter d'entrer. "Un élu me disait récemment de rappeler aux gens que ce n'est pas un acte civique de tenter de forcer les codes pour entrer dans les maisons de retraite. C'est une mise en danger que de ne pas accepter qu'on leur refuse l'entrée", confie à Lyon Capitale Pascal Mailhos, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Plusieurs cas de ce type lui ont été transmis par des maires de la région, "Ne pas aller voir une personne, c'est la protéger", ajoute le préfet. Ce mercredi, le gouvernement a annoncé suspendre "l'intégralité des visites de personnes extérieures dans les Ehpad et les unités de soins de longue durée".

Faire défiler vers le haut