(Photo by JEFF PACHOUD / AFP)

Coronavirus à Lyon : un déconfinement en trois étapes à partir du 1er décembre

Alors que la situation sanitaire s'améliore à Lyon et dans le reste de la France, le déconfinement se fait attendre. Prévu le 1er décembre prochain, il devrait se faire en trois étapes.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, s'est exprimé ce dimanche 22 novembre dans les colonnes du JDD au sujet d'un prochain déconfinement. Le confinement sera assoupli progressivement pour un déconfinement "en trois temps". "Les assouplissements se feront en trois étapes [...], a-t-il précisé. D'abord autour du 1er décembre, puis avant les ­congés de fin d'année, puis à partir de janvier 2021." A Lyon, les commerces, bars, restaurants et salles de sport seront-ils autorisés à rouvrir ?

1ère étape le 1er décembre

Première étape, et non des moindres, la réouverture des commerces. A Lyon, les commerçants et indépendant se sont réunis à plusieurs reprises pour manifester leur inquiétude concernant la reprise de leur activité. Celle-ci aura normalement lieu le 1er décembre, à condition que les commerces respectent un protocole sanitaire strict. Cependant, les bars et restaurants resteront fermés. A cette date, l'attestation de déplacement sera toujours nécessaire pour circuler.

2e étape avant les vacances de fin d'année

Les vacances de fin d'année marqueront la deuxième étape de ce déconfinement progressif. Si la situation sanitaire continue à s'améliorer, chacun devrait pouvoir se déplacer librement sur le territoire français pour les fêtes. Cette nouvelle étape marquerait donc la fin des attestations de déplacement.

3e étape en janvier 2021 ?

Troisième et dernière étape, la réouverture des bars, restaurants, salles de sport, salles de spectacle, etc. Pour l'instant, aucune date précise n'est avancée mais le mois de janvier 2021 est vaguement évoqué. Plus largement, tous ces établissements devraient pouvoir rouvrir début 2021, avec des décisions prises au cas par cas selon les risques de contamination inhérents à chaque activité.

Ce mardi 24 novembre, le président de la République Emmanuel Macron s'exprimera plus en détail sur les modalités de ce déconfinement progressif. L'objectif étant de retrouver une vie un peu plus normale tout en évitant, cette fois-ci, un reconfinement.

Lire aussi : Coronavirus : la réouverture des commerces le 27 ou le 28 novembre de plus en plus envisagée

3 commentaires
  1. retouraumoyenage - dim 22 Nov 20 à 16 h 45

    Ce qui est maintenant le plus à redouter ce n'est pas tant une 3éme vague mais la mutation du virus dans la sphère animale et un retour en boomerang sur les humains

    Signaler un commentaire inapproprié
    1. Ann - dim 22 Nov 20 à 20 h 23

      Il ne faut pas avoir peur des mutations, jusqu'ici elles n'ont eu que des effets ultra mineurs sur la férocité virale. Ce soir nous sommes à 3335 mutations répertoriées sur tout le globe (source: site GISAID) et aucune de ses mutations n'ont donné lieu à une alerte véritable dans la littérature scientifique. Ces mutations sont une chance aussi car elles peuvent permettre par le fruit du hasard à un suicide de ce virus. C'est ce phénomène qui à permis à l'épidémie de 2003 (causée par un autre coronavirus) en Asie de s'éteindre.
      Oui ces mutations sont un risque pour l'efficacité dans le futur pour un potentiel traitement ou un potentiel vaccin. Même si le chiffre de 3335 vous semble important c'est assez faible pour un virus de ce type. Mais aujourd'hui on n'en sait rien cela fait parti de la théorie scientifique de ce que l'on connait de la famille des coronavirus qui ont été mis à jour dans les années 1960.
      Autre point, l'Homme avec un grand H est un mammifère donc il appartient au règne animal tout comme les visons, les chats les furets etc. Par conséquent, notre charmant virus à autant de risque de muter chez l'Homme que chez "l'animal".
      L'animal, dans le sens commun, n'est pas la cause de la mutation virale. Celle-ci fait parti des caractéristiques des virus à ARN qui s'opèrent au hasard de ces réplications. Par conséquent, j'ose la question odieuse et totalement irrespectueuse de la condition humaine, si on sacrifie des élevages d'animaux car on repère une mutation que faisons nous des clusters dans la population humaine qui présentent une nouvelle forme génomique du virus?
      Ne tombons pas dans cette nouvelle psychose mais avec ou sans visons furets chauve-souris pangolins notre virus mute ... c'est un fait !! Et c'est de cette observation que peut venir notre salut.
      Ne pas oubliez que 80% des malades s’en sortent bien. Si tout le monde respecte les gestes barrières pour sa sécurité et pour celle de son voisin, les jours heureux se rapprocheront encore plus vite.

      Signaler un commentaire inapproprié
  2. noisette - dim 22 Nov 20 à 19 h 11

    Problème secondaire quand on voit le crise et la mortalité actuelle dans la métropole

    Signaler un commentaire inapproprié

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut