Coronavirus à Lyon : chute spectaculaire du taux d'incidence dans le Rhône

Dans le département du Rhône, le taux d'incidence a été divisé par deux en une semaine.

Au plus haut au début du mois de novembre avec 935 cas de Covid-19 pour 100 000 habitants dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, le taux d'incidence a chuté de façon spectaculaire entre le 4 et le 11 novembre en passant de 935 (taux d'incidence calculé sur une semaine glissante entre le 29/10 et le 04/11) à 493,5 (calculé sur une semaine glissante entre le 06/11 et le 12/11). 

Dans le Rhône, une baisse similaire est observée avec une diminution de 919 à 529,7 sur la même période. À noter qu'une baisse du nombre de tests réalisés est observée depuis quelques jours ce qui pourrait avoir un impact sur le taux d'incidence. 

6 commentaires
  1. ines perret - lun 16 Nov 20 à 11 h 47

    J'espère qu'il ne s'est pas fait trop mal

    Signaler un commentaire inapproprié
  2. PENTAGONE - lun 16 Nov 20 à 19 h 42

    L'idée du vaccin obligatoire a fait fuir COVID !

    Signaler un commentaire inapproprié
  3. Georges Marchais - mar 17 Nov 20 à 1 h 52

    Les gens se rendent compte que se faire tester ne sert à rien.

    Officiellement il n'y a pas de traitement. Alors personne ne va se faire enfoncer un coton tige de 30cm dans chaque narine pour s'entendre dire 3 jours après, vous êtes positif mais nous n'avons pas de traitement à vous proposer.

    Signaler un commentaire inapproprié
    1. Lugdunum69 - mar 17 Nov 20 à 9 h 21

      Arrête un peu ...
      S'il se retrouve positif on lui demandera de s'isoler une semaine, pour éviter la propagation du virus.

      Signaler un commentaire inapproprié
    2. Pije - mar 17 Nov 20 à 9 h 35

      Je ne partage pas du tout cet avis pour avoir été courant octobre par 2 fois "cas contact".
      Le prélèvement n'est pas douloureux et la longueur du "conton tige" n'est pas si grande.
      Pour ma part les 2 fois j'ai eu le résultat dès le lendemain.
      Les 2 fois j'ai été négatif dans la mesure où je respecte au mieux les règles sanitaires :
      la première fois sur mon lieu de travail
      la seconde fois à domicile en isolant complétement la personne positive et aussi en s'isolant chacun des cas contacts en attendant d'effectuer et d'avoir les retours de test. La personne positive (24 ans) est restée plus de 2 semaines ainsi isolée afin d'être certaine de ne plus être contaminante. Par chance elle n'a eu que des symptômes très légers au début et une grosse fatigue par la suite.

      Bref au global les 2 fois nous avons brisé une chaine de contamination et c'est bien ce qui est recherché.
      Nous sommes moi et ma femme probablement plus sensibilisés que d'autres car nous faisons partie des personnes vulnérables.

      Arrêtez de faire croire que ça ne sert à rien.

      Signaler un commentaire inapproprié
    3. Jen Aimarre - mar 17 Nov 20 à 12 h 49

      Il n'y a pas de traitement mais savoir si on est positif permet d'éviter de contaminer d'autres personnes.
      Et d'être traité au mieux si on passe en forme sévère de Covid, ce qui peut éviter de finir en réanimation.

      Ensuite, le coton tige qu'on utilise pour les prélèvements n'a jamais fait 30cm de long! Pourquoi pas 3 mètres aussi!

      Ce serait bien d'arrêter de désinformer les gens en permanence.

      Signaler un commentaire inapproprié

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut