Roybon
@PHILIPPE DESMAZES / AFP

Center Parcs : la Frapna craint “des risques de dérapage”

La Fédération Rhône-Alpes de défense de la nature réclame un arbitrage rapide auprès de la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal. Elle souhaite que les travaux soient suspendus sur le chantier et qu’une mission d’inspection soit mise en place.

La contestation monte chaque jour d'un cran autour des travaux de déboisement en plein cœur des Chambarans, pour permettre la construction du Center Parc de Roybon. Alors qu'une centaine d'opposants occupe désormais une maison forestière abandonnée de l'Office national des forets, à proximité immédiate du chantier, la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (Frapna) réclame aux pouvoirs publics la suspension immédiate des travaux, craignant des "risques réels de dérapage". Elle pointe notamment du doigt "la non-prise en compte des conclusions de la commission d'enquête et le passage en force des arrêtés préfectoraux permettant le démarrage des travaux".

Un arbitrage de Ségolène Royal

Par ailleurs, la Frapna assure avoir sollicité, par l'intermédiaire de sa maison mère France Nature Environnement, l'arbitrage urgent de la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal. La Frapna souhaite, outre l'arrêt du chantier, la mise en œuvre d'une "mission élargie d'inspection" et l'organisation d'une "table ronde au ministère, avec les organisations représentatives", à la suite du rapport d'inspection.

En parallèle de ces démarches, la Frapna interpelle directement le PDG de Pierre et Vacances pour l'inciter à interrompre de lui-même ces travaux avant que ne se "détériore un peu plus" l'image de son entreprise.

De son côté, le président du conseil régional, Jean-Jack Queyranne, a écrit au préfet pour lui demander la suspension des travaux du Center Parc, jusqu'à ce que le tribunal administratif de Grenoble rende sa décision.

à lire également
Michèle Rivasi © Tim Douet
L’eurodéputée EEVL de la Drôme Michèle Rivasi dénonce le scandale sanitaire du chlordécon, un pesticide neurotoxique utilisé pendant des années aux Antilles alors qu’il était interdit partout dans le monde. Ni plus ni moins qu’un “génocide” perpétré par les plus hautes sphères de l’État, explique-t-elle à Lyon Capitale.
4 commentaires
  1. Robes Pierre - 3 décembre 2014

    Il faut toucher Pierres et Vacances au porte monnaie, pas très difficile , un simple Boycott nous trouverons facilement les établissements qu'il gère sur le Net.

  2. Manuella09 - 3 décembre 2014

    Il faut faire front. Protégeons notre environnement et la nature des investisseurs immobiliers qui ne sont qu'à la recherche du profit... Il ne faut pas que ce parc voit le jour...

  3. messire - 3 décembre 2014

    y'a comme un probleme: en démocratie, un projet qui respecte la loi de tous ne doit pas se trouver bloquer par des contre pouvoirs et autres manifestations...si les lois ne servent a rien a quoi bon les respecter..?

  4. croixrousse - 6 décembre 2014

    Vous pensez aux personnes au chômage ! La commune veut ce parc et je vois pas pourquoi des gens qui ne sont même pas de la région pour la plupart empêchent ça réalisation ! La France à la plus grande foret d'Europe si 120 hectares peut rendre heureux 690 demandeurs d'emploi! Pourquoi le manifestant 'courageux' avec cagoule....ne manifeste pas en Allemagne avec le retour du charbon!Le KGB finançait greenpeace qui est derrière cette protestation ? Que les verts remboursent les indemnités chômage!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut