Voiture électrique
Voiture électrique
Article payant

Automobile : comment prendre le virage électrique ?

Le marché de la voiture électrique connaît une première phase de stagnation. L’arrivée de constructeurs low cost pourrait rendre ces véhicules accessibles à un nouveau public, aidé aussi par des financements, comme le leasing, qui lissent le coût d’achat.

Les jours du moteur thermique sont comptés. L’Union européenne a acté qu’en 2035, il ne sera plus possible d’acheter de véhicules diesel ou essence sur son territoire. La mesure est contestée et constitue l’un des axes de campagne des élections européennes. Elle pourrait s’assouplir dans la décennie à venir. À Lyon, l’interdiction de circuler dans le périmètre de la ZFE (la zone à faibles émissions qui englobe Lyon, Villeurbanne et Caluire-et-Cuire) pour les diesels va aussi accélérer la conversion à l’électrique. Les véhicules essence mis en circulation depuis 2011 seront encore tolérés. Le marché mue à marche plus ou moins forcée. La voiture électrique a représenté, en 2023, 17 % des ventes. La hausse se tasse ces derniers mois : 2,7 % de progression sur le premier trimestre 2024. “Le taux d’équipement est estimé autour de 15 %. C’est la clientèle qui était intéressée par le produit et qui pouvait se le permettre. Il faut désormais aller chercher les réfractaires et l’écosystème n’est pas totalement prêt. Les voitures affichent encore des prix élevés et le réseau de bornes n’est pas encore assez développé. Ceux qui vivent en appartement n’ont pas encore de solution de recharge. Partir en vacances pendant les weekends de chassés-croisés reste toujours une aventure”, glisse un concessionnaire lyonnais qui déchante un peu.

Il vous reste 73 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut