Jean Michel Aulas
© Tim Douet

Aulas sur l'aéroport de Lyon  : "Si Macron nous rappelle, on revient"

Jean-Michel Aulas et d'autres grands acteurs locaux s'étaient associés au fonds d'investissement Ardian pour la reprise de l'aéroport Saint-Exupery. Les dernières informations indiquent que le gouvernement n'a pas sélectionné cette candidature parmi les deux projets retenus. Le fondateur de CEGID, président de l'OL, livre ses impressions.

Lyon Capitale : Deux dossiers seraient retenus et Ardian n'en fait pas partie, quelle est votre première réaction ?

Jean-Michel Aulas : C'est désolant. Gérard Collomb a dit sur BFM TV qu'Emmanuel Macron a une vraie connaissance de notre pays. Sur Twitter, j'ai répondu : "sauf apparemment sur les décisions de privatisation des aéroports". Je suis très déçu de la manière dont le dossier a été suivi. Mon tweet exprime assez bien ce que je pense. Notre dossier était bon sur le plan technique et sur la gestion stratégique de l'aéroport. Dans ce projet, la gouvernance avec des acteurs locaux était un modèle à suivre. Je pense que c'est comme cela que l'on doit faire dans le futur pour les projets de structures privées qui touchent le grand public. C'est ce que nous avons fait avec le stade. Là, on tombe dans un truc pas transparent. On retrouve dedans des gens sélectionnés qui sont les mêmes que d' habitude. On est forcément déçu. Ardian va demander qu'on soit réintégré dans un troisième tour et on va dynamiser notre offre.

Pour vous, qui sont ces "habituels sélectionnés" ?

Je vois que Vinci, qui était sûr de lui sur ce dossier, fait partie des heureux élus. Ils sont beaucoup présents à Lyon sur les grands dossiers. Ils sont sûrement meilleurs que tout le monde sur de nombreuses choses, mais on ne peut pas être meilleur partout.

Avez-vous l'impression d'avoir été trahi par Emmanuel Macron ?

On ne va pas aller jusque-là. Dans l'environnement actuel, il est davantage sur d'autres sujets, plus politiques, plus personnels. J'ai beaucoup apprécié la position du président du tribunal de commerce qui a dit que l'intérêt de ce dossier c'était de fait appel à des intervenants locaux. On peut avoir une structure très puissante pour la gouvernance d'un aéroport. On voulait des acteurs locaux pour éviter que le trafic le plus important soit détourné au profit de Paris pour des raisons politiques. Pour bénéficier de ces options de décentralisation, attirer les grandes compagnies internationales, il faut une gouvernance régionale. S'il y a un intérêt pour une compagnie chinoise de venir à Lyon, il faut faire en sorte que Paris n'empêche pas cette arrivée chez nous. On a l'impression d'être les dindons de la farce. Mardi, j'ai vu que Laurent Wauquiez a eu une bonne réaction en expliquant que Paris décide seul et impose ses choix aux acteurs locaux, mais il aurait fallu que ces gens-là soient plus actifs au moment de la décision. Là, on l'impression qu'il n'y a que Gérard Collomb qui a parlé à Macron. Dès le début, j'ai incité les acteurs à être plus actifs et déterminés, car je sentais bien qu'il y avait un certain nombre de choses qui se passaient. Après, il n'y a pas intérêt pour Ardian de se retirer, il peut faire une offre supérieure et le gouvernement a intérêt à ce qu'il y ait plus de compétiteurs.

Après le stade connecté, vouliez-vous démocratiser l'aéroport connecté ?

L'idée, c'est de développer une application pour permettre aux opérateurs de la ville de Lyon et de la région de se connecter dessus via des API. Tous les utilisateurs qui arrivent à l’aéroport auraient eu des informations et services qui correspondent à leurs usages : syndicat d'initiative, transports en commun, mais aussi les restaurants. En plus du dossier technique et stratégique, il y avait une application formidable à développer. On a beaucoup réfléchi avec les dirigeants d'Ardian sur cette solution. Elle existe toujours, il suffit que Monsieur Macron ou son successeur nous rappelle pour qu'on revienne dans la course. Je le redis, on fera une offre supérieure, nous pouvons le faire. Mardi, j'ai eu des conversations avec la quasi-totalité du consortium, c'est fort d'avoir toutes ces forces entrepreneuriales réunies, nous pouvons revenir dans ce dossier.

Selon nos informations, votre projet était, en partie, orienté sur l'Asie, notamment la Chine, pourquoi ce choix ?

Nous avons eu des contacts avec beaucoup de pays asiatiques dans le transport, mais aussi une compagnie aérienne (NDLR : le groupe chinois HNA était au Parc OL le 6 juillet). Demain, c'est en Asie que les choses vont se jouer. On a envie que Lyon bouge, pas uniquement sur l'Hexagone, mais bien sur l'international.

à lire également
La conférence "Time for the Planet" s’est tenue ce mercredi 8 juillet sur la chaîne Youtube de l’Olympique lyonnais. Au cours de cet événement, Jean-Michel Aulas a dévoilé ses objectifs fixés pour améliorer les conditions environnementales. La conférence du mouvement entrepreneurial  "Time for the Planet" s’est déroulée ce mercredi 8 juillet de 18 h 45 […]
4 commentaires
  1. grandlyonnaise - 13 juillet 2016

    Ce pôvre HOLAS hélas a tellement l'habitude qu'on lui cire les pompes, ça lui fait tout drôle d'avoir été 'concerté' dans la même veine que les soi disant 'concertations' pour la cession presque gratuite des terrains de son stade et les accès 'dédiés' pour y faire accéder les tram in situ, sans parler des incidences locales et de la manne financière qui lui a été apportée par le baron local, et bien sûr supportée par les contribuablesLa concertation, ce n'est qu'un alibi démocratique pour faire passer une décision déjà prise.Et le citoyen aulas qui soi disant fait rayonner LYON en la ruinant devrait avoir un régime particulier ? ben voyons !

  2. 1960CANUT - 13 juillet 2016

    Je préfère compter sur Monsieur Aulas et le privé pour développer les emplois de demain que d'attendre un signe de lucidité de Paris, la CGT , des politiciens pour donner du boulot à nos enfants et petits enfants ! Pourquoi il ne devrait y avoir qu'une ville en France, Paris ? Pour moi Paris ne représente même plus la France. D'ailleurs je n'ai même pas regardé un match des bleus, je suis supporter de Lyon de l'O.L mais plus de la France.

  3. boby - 13 juillet 2016

    Attendez, il faut remettre l'église au milieu du village : Dans toute entreprise les actionnaires sont propriétaires,chacun, d'une part de l'entreprise, et ont des droits quantifiés au prorata de leur possession(plus ou moins). L’état est un actionnaire, il décide de vendre ses actions, rien ne l'en empêche,comme pour tout actionnaire. Vu qu'il est le plus gros actionnaire, il décide d'informer les autres propriétaires de ses démarches de recherche d'acheteurs (au passage, les autre actionnaires ne sont pas acheteurs, parce qu'ils sont trop pauvres (ou mal organisés) , ce qui ne leur donne pas plus de droit ...) . C'est déjà très sympa de sa part, car en pratique, absolument rien ne l'obligerait à le faire. un co-proprio d'appart ne demande pas à qui il peut vendre SON appart. Evident.

  4. FEFI - 14 juillet 2016

    Petit jeu...Notre GC, soutien de Marron, lui aura bien parlé dans ce sens, non?

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut